Le blog

de REIGNAC

Shares

RIP les Droits…

18 mai 2015 | Par Nicolas Lesaint

10982001_475735985912117_4990493365961028670_n

Voilà, ça y est, c’est fait, ils l’ont fait…

Ils en parlaient depuis un bon moment tous ayant leur avis sur le sujet, agressant leurs voisins pour mieux expliquer pourquoi leurs idées étaient les meilleures sur le sujet, comme bien souvent, comme trop souvent. J’ai même vu apparaître des spécialistes journalistiques capables de crier sur tous les toits que les droits de plantation devaient disparaître pour enfin libéraliser intelligemment le marché de la plantation et de la production locale alors que eux-mêmes n’avaient probablement jamais planté le moindre pied de vigne et encore moins veillé sur eux pendant de longues années. Mais des spécialistes improbables on en croise toujours lorsque les spots s’allument et peu importe s’ils sont vraiment pertinents sur le moment, ça brasse de l’air, ça agite le débat, ça crée du buzz…

Toujours est-il que le système des Droits de plantation très franco français ne plaisait pas à l’Europe alors la pression a été mise pour que tout cela soit changé. Et donc voilà maintenant c’est chose faite. Finis les droits de plantation, à la poubelle les porte-feuilles que l’on gérait patiemment pour ne pas en perdre une once et pour organiser comme il se doit le renouveau des propriétés que nous gérons tous.

Est-ce mieux maintenant ? Est-ce moins bien ? Voilà bien la question…

Je reçois aujourd’hui un communiqué de presse du Ministère de l’Agriculture via Mérithalle (merci Hélène et Florent pour cela) nous expliquant “la mise en place de ce nouveau dispositif européen de gestion du potentiel de production viticole”. Tout prendra acte au 1er janvier 2016… C’est donc fait plus la peine de polémiquer c’est à cette sauce là que nous allons tous être mangés…

Nous n’avons plus de droits de plantation mais nous aurons, si nous sommes sages, des autorisations de plantation et le terme change donc tout. Plus question de se dire tiens j’ai deux hectares de droits ou alors je vais me créer deux hectares de droits en arrachant cette vigne dont j’ai hérité dans la palue et je vais les amener à flanc de coteaux pour implanter de magnifiques cabernets francs… Non nous ne déciderons plus vraiment seuls, certains nous dirons si nous pouvons ou pas le faire…

On déposera un dossier et certaines instances bien placées et bien sensibilisées aux problèmes de notre profession décideront pour nous si c’est bon ou pas pour nous et pour nos voisins… “En cas de risque de dépréciation importante d’une indication géographique (AOP ou IGP), le nouveau dispositif permet une régulation du potentiel. Celle-ci se traduira par la mise en place de restrictions à la replantation…”  “Un risque de dépreciation ? Mais sur quels critères, sur quelles évidences tout cela sera jugé derrière un joli bureau ? Et là on se dit forcément que l’administration qui décide si le terroir est bon ou pas ou si le feeling de plantation de celui qui connaît son terroir et ses vins depuis des années est bon ou pas, ça fait un peu peur…

IMAG2028

Quand on est habitué à côtoyer des administrations chargées de donner leur avis sur l’achat et la vente de propriétés ou de parcelles de vignes on peut légitimement douter de la totale pertinence de certains avis à venir… Mais peut-être que ce système permettra à certains bien placés d’accéder à leurs plus beaux rêves, même les plus fous pour certains… L’art du relationnel va-t-il devenir un paramètre du terroir et du développement du viticulteur tourné vers l’avenir?

Après, il va falloir que chacun se plonge dans toute cette paperasse qui heureusement nous assure apparemment la transformation automatique, si on le demande, de notre porte-feuille actuel en autorisation. “Autorisation qu’il ne faudra pas laisser périmer sous peine de sanctions

IMAG2030

Pour plus d’infos, pour vous éclater et surtout vous faire votre propre opinion c’est ICI

De mon côté les plantations 2015 sont faites et bien faites, à l’ancienne, en remplissant les grandes feuilles A3 habituelles… Demain on informatisera tout cela et forcément ça se passera mieux, peut-être même aussi bien que les télédéclarations pour nos impôts favoris où l’on se bat avec des identifiants et autres mots de passe qui ne marchent jamais…

Mais si c’est ça le progrès alors il faut y aller, surtout lorsqu’on ne vous écoute pas et qu’on ne vous laisse pas le choix…

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :