Le blog

de REIGNAC

Shares

Rester fort, rester bon, rester brave…

16 avril 2016 | Par Nicolas Lesaint

12993615_605048406314207_974084357728637855_n

Hier soir nous étions cinq à la maison…

Hier soir, après une dure semaine d’un travail quelque peu compliqué nous nous sommes posés à la maison, en attente de mon Blue et de sa Valérie. Amis de cœur, amis d’histoire, amis de beaucoup, nous nous sommes retrouvés au fond du nid de nos souvenirs, de nos soucis, de nos vies de vieux jeunes commençant à bien comprendre ce que grandir voulait dire, ce que travail et engagements pouvaient demander pour en être fiers. Mon Lolo Blue a toujours été quelqu’un à qui le qualificatif d’hyperactif collait bien à la peau, aimant challenges et audace je l’ai toujours connu à fond à fond dans les lignes droites et en dérapages contrôlés dans les virages. Sa vie professionnelle est commune à la mienne, nous sommes deux œnologues formés dans la magnifique ville rose dont les murs raisonnent encore de nos soirées éclatantes où le monde offert à nos mains habiles n’attendait que de voir s’épanouir nos convictions, nos certitudes sur ce que devait être les vins de demain. Alors forcément trois adultes sur quatre dans le monde du vin autour d’une table ça fait parler du métier.

Son lieu de prédilection, le Quercy… Pays incroyable où les chênes multicentenaires ne mesurent que deux mètres de haut où la caillasse a établi son royaume et où les terriens savent ce que la phrase gagner son pain à la sueur de son front veut dire. L’AOC Côteaux de Quercy c’est lui qui l’a montée à l’époque où il travaillait dans la haute administration de la Chambre d’Agriculture. Alors forcément une fois tout ceci mis en place un retour les mains dans la mécanique n’a pu être empêché voulant vivre dans ce nouvel eldorado viticole.

la cave de Montpezat du Quercy c’est lui. Grand timonier du chai les journées ne sont jamais assez longues pour tout faire. Entre administration technique et tirage de tuyaux les journées et semaines se passent. Peu de repos, pas de vacances ou très peu, à fond à fond slogan officiel du bonhomme dont l’engagement nous a toujours épaté là où il pourrait être plus facile de trouver un poste moins épuisant.

L’été dernier le vignoble du Quercy fut ravagé par une de ces tempêtes d’août qui emportent tout et surtout cette année là les toitures, les murs, les cuves et une partie de la récolte…

Mais ce week-end, c’est gala ! Sa Douce a organisé un séjour en amoureux dans la région. Une bulle d’air, un moment d’oxygène sans les enfants, des retrouvailles dans un cadre autre que celui d’un quotidien nous appuyant la tête dans le guidon. Alors un bon repas ce soir, quelques jolis vins et surtout l’insouciance de ceux qui un moment, un instant se retrouvent.

Et pourtant si l’on avait su, et pourtant si l’on avait pu imaginer, mais cela aurait-il changé quelque chose à l’affaire…

Ce matin les amoureux sont repartis. Les amoureux ont pris la direction du Village pour une visite, une balade en amoureux et demain l’océan peut-être. Alors allumant mon portable je surfe, je glisse, je m’informe de ce flux interstellaire qui nous alimente. Alors Vincent m’informe, alors Vincent me glace et me laisse sans voix. Cette nuit à 22h30 alors que nous riions et que la vie terrestre était bien, loin la glace est de nouveau passée. Inlassable géant, irrépressible ennemi, le Quercy et Cahors touchés, grêlés, hachés menu après les 2000 hectares du Mâconnais il y a quelques jours… Alors repensant à ce que nous faisions au moment précis de la vague je commence à composer le numéro du Blue mais au dernier moment, je m’arrête…

Le mal est fait, l’irréparable s’est de nouveau produit alors je te laisserai tranquille et ne serait pas le messager noir de ton rare moment de répit.

Prendre, prendre, encaisser, encore et toujours pour se relever et garder l’espoir que le plus dur est derrière soi. Ne jamais baisser les bras toujours se dire qu’un jour la nature nous le rendra. Rester fort, rester bon, rester brave, croire en la force de la volonté et surtout se dire qu’on est jamais seul.

Alors mon Blue excuse moi de ne pas t’appeler aujourd’hui, pardonne moi de ne pas te demander des nouvelles dans ton malheur, je garde l’espoir que cela, cette rare journée de repos sera malgré tout belle pour toi et qu’elle te permettra d’affronter ce que, dans quelques heures tu apprendras.

Mes pensées vont vers ceux touchés cette semaine et ceux qui malheureusement le seront certainement ce soir car déjà tout le sud ouest est en alerte orage et grêle.

Se faire sécher d’entrée de course comme un coureur de fond à qui on ferait un croche patte dès le coup de pistolet du départ. Roulette impitoyable, injustice totale, bon courage à tous, malheureusement la saison ne fait que commencer.

Restez forts, restez bons, restez braves.

Nicolas.

Commentaires(2)


  1. J’aurais effectivement préféré être messager de meilleures nouvelles.
    Buvons à leur santé. Et aidons-les ainsi.

  2. le salon sous la vigne


    J’essaye d’expliquer à mes clients que nous avons le plus beau métier du monde et le plus stressant sur la durée, 12 mois sur 12. Car même en janvier quand tout dort on peut craindre un gel mortel. Par exemple chez moi certains hivers on descend à -22 et l’été on a 39 pendant plusieurs jours et pas de pluie depuis des mois ou trop de pluie. On se sent obligatoirement concerné quand d’autres vignobles sont attaqués. Et puis parfois des drames qui touchent le chai…
    Bon courage aux vignerons qui vous lisent

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor