Le blog

de REIGNAC

Shares

Je ne suis plus là.

15 juillet 2016 | Par Nicolas Lesaint

13731678_646104995541881_3704290555510110261_n

J’ai parcouru des mondes, j’ai survolé des plaines, traversé des montagnes et engendré des océans, j’ai tendu la main pour qu’apparaissent les fleurs et les oiseaux, j’ai voulu en fermant les yeux imaginer des pays verdoyant et des déserts mystiques.

J’ai cru un instant en regardant mon ciel qu’il n’y aurait rien de plus beau et de plus apaisant alors dans mon incroyable naïveté j’ai créé les insectes et les hommes. Il parait que ce fut d’abord l’homme puis la femme. Il parait qu’à mon image ils devaient eux aussi être merveilleux et intelligents, capables d’amour et de bonté ne mesurant leurs vies qu’à la hauteur de leurs actes.

Et puis je suis parti…

Et puis le temps a passé…

Alors retournant vers cette bulle d’amour que j’avais créée je me suis demandé ce que ces hommes et ces femmes en avaient fait…

Et puis j’ai vu…

Et puis j’ai entendu, ce qu’en mon nom certains avaient décidé de faire…

Alors j’ai pleuré. Alors j’ai eu honte. Honte de mes enfants, honte de leurs idées et de leur foi erratique gangrenée par une folie n’ayant d’égale que la haine qu’ils ont laissé pousser. Haine de l’autre, haine de soi de leurs enfants et de ceux des autres, anges de la mort n’ayant dans la tête que la bile qui les fait vivre.

Les chemins se sont tracés, les histoires se sont renouvelées et pourtant personne n’a changé. Une génération, deux générations puis des milliers et tout se dessine de nouveau comme s’ils étaient incapables d’apprendre de leurs fautes et de leurs erreurs.

Alors je les vois bouger les bras, gesticuler leurs jambes, et traîner leurs peines, je les entends pleurer et me supplier dans leurs prières, ils veulent que j’intervienne et que je change tout. Mais je ne le ferai pas.

Non, je n’interviendrai pas car cela ne dépend plus de moi. Ce sont les enfants des deux premiers qui ont fait tout cela, leurs sociétés, leurs jalousies, leurs arrogances, leurs cupidités et leurs grands jeux du dominant et du dominé.

Ils l’ont voulu.

Vous l’avez fait.

Par vos actes, par vos gestes vous en êtes responsables.

Alors non je n’interviendrai pas.

Dites vous juste que je ne suis plus là et peut-être arrêterez vous de justifier vos actes en mon nom car de Dieux il n’y a plus, de compassion non-plus, je m’en repars loin d’ici, de ces boucheries sans nom que vous peignez sur mes montagnes et mes plaines.

Je suis en pleur, je suis en larmes et ne comprends pas comment vous avez pu en arriver là.

Je m’en repars, je m’en retourne, vous êtes désormais de nouveau seuls, seuls pour changer, seuls pour agir et comprendre ma voie celle qu’un jour j’ai imaginée et qui ne vous disait qu’une seule chose:

“Aimez vous les uns les autres”

Nicolas.

 

Commentaires(1)


  1. Bonjour Monsieur Nicolas,

    Je viens de vous voir dans le SO DU 29/7 ainsi je sais qui écrit ce que je lis.
    Jje vous dis bravo pour vos textes et vos ressentis que je partage, surtout “je ne suis plus là”. Quelle tristesse d’en être arrivé là. Toute cette jeunesse à la dérive, tous ces assassinats d’innocentes victimes.
    Que nous réserve l’avenir ?
    Au moins dans vos vignes vous êtes occupé et relativement tranquille…………
    Quand l’occasion s’en présentera j’irai visiter “votre domaine”.

    Bonne journée et continuez d’écrire vos beaux textes.

    Martine Puyo

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :