Le blog

de REIGNAC

Shares

Les petits ruisseaux font les grandes rivières

16 mars 2012 | Par Nicolas Lesaint
On n’arrête pas l’eau. Ca, tout le monde a pu s’en rendre compte un jour dans sa vie.
En général, chaque propriété possède des parcelles concernées par des problèmes d’érosion. Il sont parfois insolubles lorsque l’on se trouve dans des zones très en pentes comme dans le vignoble de “Côte Rôtie” ou le Beaujolais.
Sans aller aussi loin, je me souviens très bien d’une propriété en Premières Côtes de Bordeaux où les rangs travaillés un fond sur deux toute la saison se retrouvaient au moment des vendanges avec des ravinements qui auraient fait rougir le Grand Canyon…

A Reignac, nous avons des zones peu pentues dans l’enceinte du château et pourtant, même là, l’eau trouve toujours son chemin. Si l’on a le malheur de ne pas réagir dès le début du ravinement, on peut se retrouver dans des situations très problématiques. Certes, ce n’est pas en 2011 que ces zones ont été érodées, mais l’accumulation d’évènements pluvieux au cours des derniers millésimes a fait que ce printemps il fallait vraiment faire quelque chose.

Nos parcelles sont plantées avec des rangs dont les écartements de 1.50m ne facilitent pas un chantier d’apport de terre. Ou si, peut-être, à la brouette…
J’en connais qui ont verdi quand je leur ai dit qu’on allait se débrouiller de cette manière :o)
Mais non, en cherchant un peu, on a trouvé l’outil magique, ludique, économique, le BOBcat ! C’est extrêmement maniable, puissant à souhait, bref très efficace pour ce qu’on lui demande.

Si l’on souhaite pouvoir réguler la vigueur des pieds de vignes et s’orienter comme nous le faisons vers la technique des engrais verts, il faut pouvoir régulièrement travailler les sols le plus souvent un fond sur deux. Même en faisant attention à la période pendant laquelle nous réalisons ces opérations, inévitablement on s’expose à des érosions intempestives.


Dès lors, certaines zones de parcelles ne devront pas être travaillées trop en profondeur et il faudra privilégier des engrais verts annuels à système racinaire pivotant, comme la Moutarde, pour pouvoir décompacter sans trop déstructurer les sols. Il existe aussi des outils, comme les Cultiplow, capables de décompacter les sols sans pour autant détruire l’enherbement de surface.


Le tout est donc de trouver le bon système en prenant garde de ne pas s’exposer inconsidérément car si le devenir des parcelles en production est en jeu, celui de la sécurité des chauffeurs cascadeurs qui se lancent dans de telles parcelles est de notre responsabilité.


Nicolas.

Commentaires(1)


  1. superbe machine
    en effet les chauffeurs sont cascadeurs mais ce n’est pas leur metier et la responsabilite en reviens a nicolas

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor