Le blog

de REIGNAC

Shares

j – 120

28 mai 2012 | Par Nicolas Lesaint
Nous y sommes…

Voici les premières fleurs de Merlot sur les sols de Graves. Nous rentrons donc dans une période d’encore plus haute surveillance lorsque l’on sait que la floraison est le moment où se joue la récolte à venir. Le niveau de sensibilité des ceps de vigne aux différentes maladies est maximum et les conditions météorologiques sont directement impactantes sur la qualité de cette floraison : homogénéité, coulure, millerandage, etc.

Par temps nuageux, frais <15°C et humide, le niveau de l’activité photosynthétique diminue d’où une plus grande accumulation de sucres dans les feuilles. En revanche, une température trop élevée peut engendrer une mobilisation de ces sucres due à une croissance excessive des nouveaux rameaux.
L’une ou l’autre de ces conditions favorise alors l’avortement des fleurs et donc diminue plus ou moins fortement le nombre de baies par grappe. Le rendement s’en fait ressentir mais aussi la qualité du raisin puisque les baies restantes sont la plupart du temps beaucoup plus grosses et donc moins qualitatives pour du raisin de cuve (mauvais rapport pellicule / pulpe).

Pour ce qui est de la lutte Mildiou et Oïdium, on est parfait. Les conditions météo nous ont été favorables depuis le début de notre couverture contre ces maladies, donc pas de souci.

Pour la météo à venir, c’est pas trop mal non plus pour les sept jours à venir mis à part dimanche prochain où un rafraîchissement est prévu. Ce n’est pas la meilleure chose qui puisse nous arriver. Le beau temps reviendrait après, au moins jusqu’au 7 juin avec des températures raisonnables.
Nous verrons bien dans quelque temps à quelle sauce Toutatis nous mangera…

Le pire dans cette période serait d’avoir de fortes pluviométries ainsi que des à-coups de température. C’est alors que la coulure est la plus forte et peut entraîner de fortes pertes de rendements. D’un autre côté, lorsqu’elle n’est pas trop prononcée, elle peut rendre les grappes plus aérées et ainsi plus résistantes au Botrytis. 
Que voulez-vous, le viticulteur voudrait toujours avoir le beurre, l’argent du beurre et…

Si l’on compare cette date d’apparition des premières fleurs avec celles des millésimes précédents, on se rend compte qu’en 2009 les premières fleurs sont apparues le 22 mai, en 2010 le 21 mai et en 2011 (année exceptionnelle) le 09 mai. Nous sommes donc un peu plus en retard que pour ces trois derniers millésimes, une petite semaine, mais assez proche d’un millésime normal au regard des années un peu plus éloignées.
Rien de surprenant compte tenu du printemps que nous avons eu, mais tout reste encore à faire. Si je regarde les correspondances “première fleur observée et date de vendange” il nous faudrait rajouter aux environs de 120 jours à partir de maintenant. Soit une récolte des rouges qui débuterait vers la dernière semaine de septembre.
Mais on sait bien que ” c’est août qui fait le moût “ alors il est certainement un peu trop approximatif d’essayer de prédire dès maintenant la date de début des vendanges.
Mais cela nous donne une tendance…

Les premiers levages ont débutés timidement en fin de semaine dernière et seront plus soutenus dès demain matin en commençant par les Merlots.
C’est une période toujours un peu compliquée où il faut savoir être dans le bon tempo pour que personne ne retarde personne en passant par les épamprages, les ébourgeonnages, les premiers levages et les différents travaux mécanisés qui ne souffrent pas d’être retardés.  La réussite d’un bon traitement réside toujours dans la qualité du pulvérisateur, certes, mais aussi dans la présentation de la végétation que l’on traite. Une vigne mal levée ou levée en retard sera plus exposée aux différents ravageurs, c’est certain.

C’est donc là que l’organisation d’une propriété prend toute sa dimension en passant par l’ordre de priorité des différents travaux et surtout par un bon dimensionnement humain pour réaliser ces différents travaux à temps.

En attendant, après avoir tourné sur l’équivalent de 40ha sans la moindre usure des différentes parties qui d’habitude nous posent tant de problèmes (vive le carbure), nous venons d’être trahis par notre fameuse lame Braun dont je vous avais déjà parlée ( ici )…


Mais je suis certain que Richard va nous arranger tout ça. En plus, comme il revient de quinze jours de relaxation dans son petit havre de paix, il va être frais et dispo pour se pencher sur le problème dès demain matin. Promis, on le laissera reprendre ses marques, un claquage, est si vite arrivé…




Nicolas.

Commentaires(1)

  1. Club des Dégustateurs de Grands Vins


    Magnifique la photo des bourgeons qui se transforment en de petites fleurs…..l’immuable et mystérieux travail de la Nature.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor