Le blog

de REIGNAC

Shares

Premier suivi de maturité pour les Blancs…

30 août 2012 | Par Nicolas Lesaint

Mercredi, c’était le premier suivis de maturité sur les différents cépages blancs de la propriété. D’accord, je sais, c’est un peu tôt c’est certain. Mais, j’ai pris l’habitude de faire un premier prélèvement chaque année à la même date pour pouvoir avoir une tendance du millésime sur le degré potentiel et le niveau d’acidité des moûts.

J’ai toujours pris ces analyses de maturité comme des guides pour suivre l’évolution de nos parcelles mais jamais comme des déclencheurs de vendanges. Il ne faut pas confondre la compréhension d’un moût et une recette qui nous permettrait de décider à quel moment doit débuter le ramassage. Combien de fois ces analyses de moûts en cuve ont été totalement différentes des derniers prélèvements réalisés la veille de la rentrée des raisins. La précision de l’échantillonnage au sein d’une parcelle est toujours un sujet hautement délicat et il existe de nombreuses manières de procéder.

Pour ma part, j’ai choisi une technique de prélèvement de bouts de grappes répartis de chaque côté des rangs tout le long de ceux-ci, de façon non sélective et le plus aléatoirement possible toujours sur les mêmes rangs d’une année sur l’autre.
Cette méthode n’est pas forcément représentative de l’ensemble de la pièce, mais si l’on procède toujours de la même manière chaque année, l’erreur faite est comparable d’un millésime à l’autre. On peut alors avoir une petite vision de la tendance de l’année par rapport au précédentes.
De toute manière, c’est par la dégustation des grains, sur place, et régulièrement que l’évolution de la maturité est la mieux perçue. C’est ce paramètre qui est celui le plus pris en compte dans la décision finale de démarrer, d’attendre ou d’associer tel ou tel tri pour finir de remplir un pressoir.

Une fois de plus, c’est avec Mikaël que nous ferons ces dégustations.
Pour l’instant, même si les raisins ont pris du goût au cours des deux dernières semaines, on n’est pas encore au niveau souhaité, loin s’en faut.

Alors patience, patience, patience. C’est le plus difficile et c’est ce qui typera le plus notre Blanc dont on cherche en permanence à améliorer la qualité.
Voici donc analytiquement ce que l’on peut dire de nos Blancs au 29 août :

Il apparaît donc évident que la maturité n’est pas encore là. On s’en était bien rendu compte en croquant les premiers grains.
Ce qui est le plus intéressant c’est que l’analyse semble confirmer que nous sommes sur un tempo situé entre 2009 et 2010. Sur 2009 nous avions débuté le 14 septembre et le 20 septembre en 2010.
Il est donc fort probable, comme on s’en doutait déjà, que l’on démarre fin de semaine 37, début de semaine 38… Désolé, on ne peut pas être plus précis pour le moment.

Laissons donc se poursuivre maturation.

Ce qui est certain, c’est que nous ne ferons par partie de ceux qui participent chaque année à cette fameuse course visant à attirer à eux les médias en démarrant les premiers les vendanges dans la région bordelaise… ;o)

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor