Le blog

de REIGNAC

Shares

La vision du millésime 2012 par l’Agronome

2 septembre 2012 | Par Nicolas Lesaint
(Paul Marie Morillon himself)
J’ai essayé tout au long de la saison de vous expliquer le plus clairement possible notre quotidien pour ce millésime 2012.
Je pense que vous avez dû bien cerner les “quelques” difficultés que nous avons traversées et les conditions météorologiques très particulières de l’année.
Cependant, maintenant que nous arrivons vers la fin du cycle de pousse de la vigne, et que l’Agronome va devoir laisser sa place à l’Oenologue, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’avoir le point de vue de ces deux spécialistes qui travaillent de plus en plus de concert pour rapprocher le vignoble du chai.
Trop longtemps, ces deux techniciens ne faisaient que se croiser. Jusqu’à il y a quelques années, le concept qui veut que l’on ne peut faire un grand vin qu’avec un grand raisin n’était pas forcément intégré par tout le monde.
Cela fait un moment que nous l’avons compris à Reignac et les différentes personnes qui nous conseillent techniquement en sont elles aussi convaincues et font tout pour que les bons terroirs soient exploités à leur juste valeur.

Je suis donc aller voir Paul-Marie Morillon, gérant de Chatelier Viticulture à Saint Sulpice de Faleyrens. Ami de longue date, viticulteur hors-pair et propriétaire du Château Lafont-Fourcas (goûter “A nos Amours” c’est comprendre qu’il y a de grands vins en Entre-deux-Mers) et surtout conseiller technique très expérimenté dans la zone Entre-deux-Mers, Libourne, Pomerol, Fronsac…

J’ai souhaité avoir son avis sur ce millésime atypique qu’est 2012 .
Savoir ce qu’il en pensait maintenant que la pression retombe un peu et savoir quels ont été selon lui les marqueurs importants de cette typicité que l’on recherchera dans quelque temps dans les vins finis. 
Merci à toi, Paul, d’avoir accepté de me supporter avec mon superbe HTC avec lequel je découvre de plus en plus les joies de la technologie…

Dans un deuxième temps, et dans un autre billet, quand nous aurons déjà rentré quelques jus, je demanderai son avis à l’Oenologue. J’ai nommé Mikaël Laizet du labo Rolland. Je lui demanderai quel potentiel en puissance il peut voir dans 2012. Et s’il est d’accord, on refera de même à la fin des vendanges pour voir si son opinion s’est confirmée ou si nous sommes allés de surprise en surprise au cours des vinifications.

Mais, place d’abord à l’Agronome.
Attention, acte1 scène 1, première. Moteur…

Que penser de ce millésime pour ce qui est du développement végétatif et nutritionnel de la vigne ?


Qu’en est-il du niveau qualitatif de ce millésime ? (Désolé pour le bruit de fond du vent)

Et la pression sanitaire dans tout ça ?


Encore merci, Paul, pour ce résumé parfaitement clair et précis et à l’image de ton travail. Tout reste donc à faire, l’année n’est pas finie et l’affaire est en très bonne voie.

C’est donc parti dès demain pour une homogénéisation des Cabernets en repassant faire tomber les épaules et les grappes en retard. Quant aux Blancs je pense que les premiers tris débuteront plus tôt que prévu, peut-être même dès le 11 septembre pour les Sauvignons gris et quelques Sauvignons blancs sur Graves. Ce ramassage des Blancs devrait s’étaler un peu plus que d’habitude. Les huit à dix jours à venir sont beaux, pas de stress à avoir de ce côté là, c’est déjà ça.

Au final, pour les Rouges, c’est septembre qui décidera de tout avec des vignes qui n’attendent plus que les jours passent pour nous céder leurs plus beaux fruits. Plus je regarde nos vignes et celles qui nous entourrent et plus je me dis qu’une fois de plus, pour 2012, ce sont les Merlots qui vont sortir leur épingle du jeu.


Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor