Le blog

de REIGNAC

Shares

Première épreuve des Jeux Oenologiques, le lancer de cagettes !

12 septembre 2012 | Par Nicolas Lesaint



Top départ, les spécialistes du lancer de cagettes ont repris du service. Dans cette épreuve mythique du château de Reignac, le lancer de cagettes est un sport dans lequel certains excellent et sont même devenus les champions du monde toute catégorie: combien de cagettes par rang, une cagette tous les combien de pieds, on distribue quatre ou six rangs à la fois, une ou deux cagettes à chaque lancer,…
Le geste est artistique, l’atterrissage plus simpliste… Heureusement les cagettes sont solides.

Et oui, je vous l’avais dit, on le pressentait, les Sauvignons gris nous l’ont susurré à l’oreille hier matin, ils sont prêts, mûrs, croquants fruités et impatients d’être ramassés et pressés. Alors comme Mikaël, Olivier et moi avons bien entendu le même message, c’est décidé on y va.


Certes, cette première coupe ne concernera qu’une petite partie de la surface en Blanc mais l’important est d’être là au bon moment. C’est la première touche de ce qui donnera notre Blanc 2012. La première prise de décision oenologique qui marquera l’assemblage final. Cette maturité que l’on cherche à atteindre comme un idéal qui associera le fruité à la structure, la complexité à la sincérité d’un vin que l’on veut franc, aérien et riche à la fois.
Je pense que nous ne nous trompons pas dans le choix du moment de la coupe pour ce premier lot.
Le Sauvignon gris ayant tendance à devenir un peu lourd si on l’attend trop, on devrait lui permettre ici de s’exprimer le mieux possible. Puis on enchaîne sur une première zone de Sauvignons blancs, ceux situés sur les Graves les plus sèches, celles qui auront été les plus précoces tout au long de l’année.
Désolé, cette année je n’aide pas à ramasser les cagettes, mon “gourou”, Maître Dagron pour les connaisseurs, me l’a interdit pour quelques jours…

Ces Sauvignons gris iront remplir notre premier oeuf de Tyrex. L’oeuf béton non revêtu, rien de tel pour s’assurer une bonne conservation du fruit et le développement de ce que certains caractérisent par la minéralité. Rappelez- vous.
Nous l’avons déjà testé l’an dernier et ce fut une réelle progression dans l’axe d’amélioration que je me suis fixé. L’idée est donc de préserver au maximum le fruité incomparable de ces Gris, qui nous épate davantage à chaque pressurage .


Alors, comme l’expérience doit toujours servir, cette année, c’est un deuxième oeuf qui arrive pour mettre en valeur notre plus joli tri de Sémillon. Ce seront ceux de Chapelle qui seront récoltés dans quelque temps.
Là aussi, rien de scientifique, uniquement un ressenti général un feeling oenologique totalement arbitraire, un pari sur l’avenir d’un vin dont nous ne connaissons pour l’instant que les raisins.
Qui vivra, verra… L’idée générale est d’avoir 20% de nos lots vinifiés de cette façon pour gagner en fraîcheur, en droiture et en fruité. Rendez-vous dans quelque temps.

Ce premier tri de Sauvignon blanc est un tri à maturité poussée. On cherche le volume en bouche qu’un tel lot peut apporter. Il ira en barriques neuves, sa structure lui permettra de s’harmoniser parfaitement au toasté qu’elles nous apporteront. 

(On refroidit, on refroidit,…)


On est bien loin des profils industriels et technologiques qui prédéfinissent des itinéraires de vinifications stéréotypées.
La toile est tendue, les peintres que nous sommes commencent leur tableau… ;o) (modestie quand tu nous tiens…).
“P’tain je peins…” Ça y est, je me prends pour Canto !

Donc, ça y est, 105 cagettes de Sauvignon gris soit 5hl de moût et 180 cagettes de Sauvignon blanc soit 11hl de moût. Ça part bien, même si comme prévu les rendements sont un peu moindre que ceux de 2011.

Les premiers jus sont au froid. Difficile de dire déjà ce qu’ils donneront, mais ils ont du goût, les équilibres sont bons et le fruit est là. On voulait conserver de la vivacité, c’est le cas pour l’instant, contrat n°1 rempli. Bon, maintenant on va passer aux numéros suivants. La liste est longue mais pas insurmontable…

Dans 24h, débourbage pour se situer à la turbidité souhaitée et c’est partie pour les deux premières fermentations de l’année qui devraient donc débuter dans deux jours.

Parallèlement, dégustation de tous lots de rouge 2011 pour bien les avoir en tête et contrôler gustativement leur évolution estivale. Et oui, la vie ne s’arrête pas parce qu’un nouveau millésime arrive.
Aucun souci à l’horizon. C’est de bonne augure pour ces vendanges car la période est toujours tendue pour nous. Avoir dans un même bâtiment un vin en fin d’élevage et un vin en cours de vinification n’est jamais simple au niveau de la gestion des populations de micro-organismes… Les laisser agir d’un côté et ne pas accepter leur présence de l’autre peut parfois relever du grand écart. Mais touchons du bois, tout s’est toujours très bien passé puisqu’ils sont bien séparés géographiquement dans deux chais différents.

Demain est un nouveau jour.
La station de traitement se finalise. Je vous en parlerai dans quelque temps… On va devoir arroser les bambous encore une fois à la main. L’été n’aura pas été aussi tendre avec eux que le printemps mais ça va, à part deux trois individus, pas de perte à déplorer.

La zen attitude se précise…

Nicolas.


Commentaires(3)


  1. Bravo Jean Michel! Quel beau lancer!
    j’adore toutes les photos qui capturent ce beau geste. Il faudrait le peindre….


  2. merci anne, tu es trop gentil. nicolas c’est prendre les photos il est vrai qu’il a un oeil artistique vue la peinture qu’il realise.
    il est vrai que j’adore ce sport, je t’en prie ne fait pas une peinture de moi ……..

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor