Le blog

de REIGNAC

Shares

Je connais mon alphabet, chante avec moi ce couplet…

2 octobre 2012 | Par Nicolas Lesaint
Finalement, j’ai bien dormi… Pas de tracteurs ou de camions dans la chambre ni de désincarcération à noter… Même si dès cinq heures du matin mes paupières sont définitivement restées ouvertes…

Bref, aujourd’hui le grand livre s’ouvre, la page est blanche et la première lettre que nous y écrivons est… le “A”.
Pourquoi “A”? Tout simplement parce qu’à un moment donné doit débuter la grande pelote de la traçabilité. Et oui, l’administration nous demande, à juste titre d’ailleurs, d’être capable de retracer l’ensemble de l’historique que va vivre le Reignac 2012. 
Nous devons pouvoir dire au consommateur à quel moment le raisin a été ramassé, de quelle parcelle il provenait et tout ce que cette parcelle a subi comme opérations en vert et comme traitements. L’ensemble des opérations de vinification et d’élevage devront pouvoir être justifiées avec l’enregistrement des différents numéros de lots des produits œnologiques utilisés. Même s’ils sont peu nombreux.

Après avoir testé différentes manières de procéder, nous sommes revenus aux élémentaires : un code alphabétique et une distinction par couleur.
Ainsi, la première cuve remplie, quel que soit son volume, est appelée “A”, la suivante “B”, etc. Cette lettre suivra ce lot tout au long de sa vinification et de son élevage. En cas d’assemblage d’une cuve “A” et d’une cuve “B”, par dégustation ou lors d’écoulage, le lot devient “AB”. On a alors instantanément, une notion d’ordre de ramassage qui nous apparaît puisque les premières lettres de l’alphabet correspondront aux Merlots sur Graves puis aux Merlots poussant sur les différents types d’Argiles et enfin les dernières lettres qui concerneront plutôt pour les Cabernets.
Pour la couleur des ardoises, ce sera plutôt le Rouge pour le Reignac et le Bleu pour le Château, même si à ce stade rien n’est encore clairement défini, mais bien évidemment des tendances s’amorcent.

Nos deux premières cuves tronconiques destinées à recevoir le premier tri de Balthus ont donc été remplies avec le Merlots de Tour 1, vous savez, cette parcelle au pied de notre tour de dégustation. Elles sont maintenant rentrées dans leur phase de “petite” dormance, puisqu’elles vont devoir stabuler à 8°C pendant une semaine. Ceci nous permettra de libérer le maximum de précurseurs d’arômes et ainsi d’optimiser le côté fruité de cette cuvée.
A l’autre bout du chai, une première cuve à été entamée, c’est elle notre “A”. Pour l’instant elle n’a reçu que des Merlots venant de Pêcher, la zone la plus graveleuse et la plus haute de la propriété.
Aucune fausse manœuvre à déplorer pour cette première journée. La machine est bien huilée, chacun retrouve ses automatismes entre les différentes rotations à réaliser : s’assurer de la distribution des cagettes sans que la troupe soit arrêtée, ramasser les cagettes pleines, les laver avant une redistribution dans les rangs suivants, sans engorger le tri ni les laisser inactifs. Nous avons donc 26 coupeurs, 5 porteurs, 4 chauffeurs et 5 trieurs… Ça commence à faire du monde mais le système est bien dimensionné compte tenu de la rapidité avec laquelle on souhaite ramasser.
Ce soir donc, ce sont 3.2 hectares qui ont été récoltés et 2687 cagettes qui se sont déplacées de mains en mains…

La troupe semble sympathique, pas de rebelles ou de louvoyeurs comme l’an dernier, ça part bien. Si on peut éviter de faire le gendarme toutes les cinq minutes, c’est tout aussi agréable.

Les premiers jus rentrés ont du goût, les degrés potentiels sont à confirmer mais semblent rester raisonnables et la couleur libérée par les peaux paraît venir assez vite, c’est parfait pour notre Balthus !

Les coupeurs sont tous partis, les sécateurs ont été lavés, les cagettes sont distribuées pour demain matin et la réception resplendit de nouveau. On ferme les portes du chai, on éteint la lumière, pas encore d’odeur de vinification présentes mais déjà la satisfaction d’avoir réussi cette première journée toujours capitale dans la confirmation morale qu’on s’est bien préparé et que tout va bien se dérouler.

Bonne nuit les petits, fête de beaux rêves, reposez-vous bien, demain il faudra se préparer à passer à la lettre “B”… ;o)

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor