Le blog

de REIGNAC

Shares

L’homme amoureux ou le syndrome de la Drosophile éconduite…

22 novembre 2012 | Par Nicolas Lesaint

Tout le monde connait bien ce minuscule Spitfire tourbillonnant et virevoltant autour des corbeilles de fruits dont certains locataires commencent à se laisser aller.
Pour nous viticulteurs, ce serait plutôt la PAF qui débarque à chaque vendange et qui vient nous asticoter les oreilles, si ce n’est le gosier, lorsque, peu attentif, on répond à son voisin qui nous explique qu’une cuve est en train de déborder… Bref, l’invasion est systématique dès que les décuvages commencent et la lutte inégale nous fait attendre avec impatience la fin des écoulages et l’arrivée des premières gelées.
Le scientifique, qui, lui aussi reste un grand enfant très joueur de caractère, s’est penché depuis longtemps sur ce Diptère lui trouvant tous les charmes possibles et imaginables. Il en a fait son outil de prédilection pour ce qui est de la génétique des populations. Ah les yeux rouges, noirs, les ailes normales ou vestigiales… Que du bonheur pour l’étudiant que j’étais et qui cherchait à comprendre les transmissions du patrimoine génétique…
La bestiole est tellement intéressante, prolifique et facile à se procurer que d’autres thèmes d’études ont pu trouver dans cet insecte le parfait cobaye à manipuler.

La révélation de l’année aura sans doute été de se rendre compte que, tout comme l’humain, la Drosophila melanogaster avait un sérieux penchant pour les Saint-Vincent tournantes, les gerbaudes, la fièvre du samedi soir, les Happy hours, bref une faiblesse pour l’alcool sous toutes ses formes… Appelez-nous chers scientifiques quand vous voulez gagner du temps, nous dans les chais on s’en était rendu compte depuis quelques temps.
En revanche je dois avouer que le rapprochement avec le comportement du mâle humain le jeudi soir en fin de soirée infirmière,  Place de la Victoire à trois heures du matin, là, je n’aurais pas pu trouver tout seul.

Toutes une série de mises en situations ont alors été imaginées, avec l’utilisation d’aliments enrichis en alcool et d’autres normaux. Non non, pas d’omelette norvégienne ou de bananes flambées au Rhum mais plutôt des jus sucrés enrichis ou non par la meilleure eau de vie de poire dix ans d’âge… Tout un programme ! Ces cocktails aphrodisiaques ont été proposés à de jeunes Drosophiles mâles en mal de conquêtes féminines et en présence de petites coquines affriolantes avec des yeux rouges je ne vous dis que ça…
Le seul problème pour ces jeunes étalons étant que certaines de ces femelles avaient déjà été fécondées et d’autres pas. Et bien, le croiriez-vous : systématiquement tous les mâles éconduits allaient noyer leur chagrin dans les boissons enrichies en alcool alors que les princes charmants qui avaient réussi à s’accoupler ne consommaient que les jus de fruits première pressée à froid garantis sans éthanol rajouté.

Un rapprochement vous viendrait-il peut-être à l’esprit ? Je suis certain que quelques souvenirs de soirées un peu trop arrosées vous reviennent en mémoire…

L’homme ne serait donc qu’un Diptère mal léché qui serait poussé par la femelle à écouter son cerveau reptilien lorsque, manquant d’attributs adaptés ou de la bonne technique de tectonique, celui-ci se voit être condamné à s’envoyer une petite mousse à travers la trompe pour tout oublier… ;o)
Toujours est-il que cette étude très sérieuse aura permis de mettre en évidence l’existence de certaines molécules cérébrales en commun avec les Diptères en relation directe avec les phénomènes de dépendance à l’alcool (pour plus d’info c’est ICI ).
L’utilisation de molécules bloquant ces signaux devraient permettre de beaucoup mieux contrôler l’addiction de certains pour les boissons alcoolisées.
En revanche, l’histoire ne dit pas si le mâle Drosophile et le mâle Homo Sapiens ont la même technique de drague pour séduire leurs belles mais toujours est-il qu’incontestablement une partie de notre société a le même rapport à l’alcool que ce facétieux insecte…
Nicolas.

Commentaires(2)


  1. bon anniversaire avec un jour de retard


  2. Merci beaucoup, et oui, un an de plus…

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor