Le blog

de REIGNAC

Shares

Champion du monde Maurice !

24 janvier 2013 | Par Nicolas Lesaint
Je lis pas mal de critique sur la démarche SME (Système de Management Environnemental). Celles-ci venant bien souvent de la part de personnes totalement ignorantes de ce que cette démarche signifie et de ses intentions.
Bien évidemment qu’adhérer à cette démarche n’est pas s’octroyer une étiquette de propreté pour notre activité en continuant de polluer à tout va avec des produits phytosanitaires hyper crados et des modes de conduite qui ne prennent pas en compte la zone agricole où l’on se trouve.
Rentrer dans une démarche telle que celle-ci relève d’une acceptation de notre situation impactante d’agriculteur sur un paysage, un sol, un terroir, une nature que l’on ne peut que respecter. C’est aussi prendre conscience de l’ensemble des points qui sont obligatoires pour tout viticulteur aussi bien techniques qu’administratifs, règlementaires ou humains.
Ce référentiel de travail ne donne en rien le droit de se sentir meilleur qu’un autre et ne permet pas de se croire protéger par des labels administratifs réducteurs, comme j’ai déjà pu le lire sur certains blogs dont les œillères largement posées sur les yeux ne permettent que de voir devant ses bottes qui forcément sont les plus belles…
Bien évidemment comme je l’ai déjà expliqué, tout une partie de cette réflexion nous permet de connaitre concrètement les risques environnementaux qui nous concernent par une localisations des nappes phréatiques, des zones écologiquement protégées, des positionnement précis des forages ou des puits qui détermineront des attitudes bien spécifiques quant à la lutte phytosanitaire qu’elle soit biologique ou conventionnelle.
Mais, ce que beaucoup ignorent, c’est que ce SME renferme une part très importante de management de l’entreprise pour s’améliorer dans la communication entre salariés, dans leurs formations et dans la pertinence de telle ou telle attitude pour qu’un salarié se sente plus à l’aise et plus respecté dans son travail.
Et ça, quel que soit notre façon de travailler, nous avons tous besoin de conseils et de garde-fous pour s’améliorer.
Cet “Environnement” n’est pas seulement écologique, il faut le prendre dans un sens beaucoup plus large et aborder l’environnement de travail, avec toutes les notions de sécurité du personnel, de l’outil de production et du consommateur.
Ceux qui refusent ainsi de se remettrent en question sont condamnés à végéter j’en suis convaincu.
Mais malheureusement, ceux qui, là aussi, pensent avoir la science infuse sont encore trop nombreux… Obscurantisme de toute une catégorie de notre profession.
Savoir faire en sorte de prévoir ce que l’on souhaite pour son entreprise, programmer son avancée en fonction de ses moyens, vérifier que l’on a réussi à concrétiser le but que l’on rêvait d’atteindre, voici autant de difficultés, dans ce groupe de travail auquel Reignac a adhéré, que nous partageons en toute liberté et ce avec des propriétés conventionnelles, en conversion ou référencées AB.
Pas de langue de bois mais uniquement des échanges qui font avancer dans la même direction, celle du respect de notre profession et du travail de l’autre. Après, iront jusqu’à la certification, ceux qui le voudront, ceci n’étant pas une fin pour moi le modèle me plait quand même comme une manière de valoriser nos réflexions intellectuelles de gérants d’entreprises.
Aujourd’hui, nous avons plutôt eu une réflexion sur les différentes manières d’estimer ses performances et de chercher à savoir de façon objective si l’on a réussi à s’améliorer dans la direction que l’on s’est fixée. Trouver des indicateurs révélant si l’on a réussi à mieux gérer ses consommations d’énergie, d’eau ou encore si d’autres objectifs plus agronomiques ont permis d’atteindre la qualité du vin que l’on visait.
 A chacun de définir ses priorités et les manières de les atteindre mais avant tout il faut savoir ouvrir ses oeillères et regarder ce que l’on fait et comment il est possible de s’améliorer.
Ou alors, il faut être convaincu que ce que l’on fait est déjà parfait et qu’on est le meilleur…
” Champion du monde Maurice ! “
Pour ma part, je suis lucide et je perçois mes limites et les avantages que Reignac tirera de tels échanges et de tels conseils.
Après ce n’est plus qu’une histoire de capacité à se confronter aux avis et aux conseils des autres en toute humilité.
Mais ça, l’humilité, certains en manquent peut-être…

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor