Le blog

de REIGNAC

Shares

” Habemus Korrigam ! “

12 mars 2013 | Par Nicolas Lesaint
Chut !
Silence et attention s’il vous plait.
Chacun des membres faisant autorité en la matière a pris sa place au sein du grand conseil régional du Truch.
D’ici quelques heures, les vignes seront inaccessibles pour le commun des mortels, le conclave de Montussan va pouvoir commencer…

A chacun ses rites, à chacun ses coutumes et ses croyances en passant par la bénédiction de la vendange avant récolte que certains pratiquent encore dans la région ou par la branche d’arbre sur la dernière benne à vendange pour favoriser les fermentations. Ici, dans la région, héritage très lointain des Celtes, ce sont les Korrigans qui décident de l’avenir du millésime…

Je vous avais déjà, expliqué l’importance de leur rôle dans le vignoble ICI et l’impact qu’ils peuvent avoir sur l’humeur des tacherons et la qualité de leur travail.

En revanche, ce qui est moins connu, parce que les vieux ne divulguent ce genre de secrets que très rarement, c’est que les grands cardinaux de l’ordre des Korrigans vendangeurs se réunissent une fois l’an, tous les 12 mars au soir…
Ne me demandez pas pourquoi, c’est bien trop compliqué à expliquer. Une histoire de lune croisant le retour des grues ou un machin comme ça… En tout cas, ce soir là, au coucher du soleil et jusqu’au petit matin, ces grands pontes du grain de raisin vont blablater et disserter sur l’attachement du viticulteur à sa terre et sur la qualité de son travail depuis leur dernier conclave. En fonction de cela, ils donneront leur avis sur l’attitude qu’ils décideront d’avoir vis à vis de lui tout au long de l’année.
Vont-ils choisir de l’aider en favorisant un bon ressuyage des parcelles pour travailler ses terres ou au contraire toutes les raisons seront-elles bonnes pour l’asticoter avec des pannes à n’en plus finir ou des crevaisons à répétition ? (de ce côté-là, on a pas dû être très bons l’an dernier parce qu’au mois de juillet ça a été l’hécatombe…)

Si jamais, au lendemain du 12 mars ou dès que vous ressortirez votre magnifique Massey, il vous arrive quelques soucis du type panne d’essence, flexible qui lâche ou encore perte d’une roue, vous saurez alors qu’une année de galère vous attend…
Il paraîtrait aussi qu’ils sont assez filous pour donner un autre indice à ceux qui n’optent pas pour le broyage des sarments mais qui au contraire préfèrent les brûler :  si à l’allumage de la première brouette du matin, la fumée qui s’en échappe est blanche alors vous pouvez bénir les dieux des Korrigans, ceux-ci ont décidé de vous laisser tranquille pendant une année. En revanche, si elle est noire… Misère de misère préparez vos belles clés Facom et votre poste à souder, la météo s’assombrit pour vous, la scoumoune, le troisième oeil et tous les chats noirs du quartier sont pour vous…
C’est entre autre pour cela que sur Saint-Emilion bon nombre de viticulteurs optent encore pour le brûlage…
Ah, tradition quand tu nous tiens !

Pourquoi croyez-vous aussi qu’en cette fin d’hiver, tous les viticulteurs consciencieux, s’empressent de soigner leurs vignes en peaufinant leur palissage, en mettant de jolis piquets tout neufs et en mettant en ordre de bataille des pieds de vignes malmenés par une année de travail…
Mais, flatter un Korrigan un peu tardivement en lui montrant qu’on travaille vite et bien n’a jamais été une grande réussite, on l’a bien vu en 2007 et 2008 qui furent des millésimes qui nous ont rappelés qu’il ne fallait pas nous endormir sur nos lauriers, et paf, résultat de la reprise en main on a eu 2009 et 2010 derrière.
Ça valait le coup d’avoir une piqûre de rappel… ;o)

Bon, le millésime 2012 aura été compliqué pour la profession, alors espérons que 2013 sera meilleur, on a bien travaillé hein ?…

En attendant, de voir blanchir la fumée des sarments et de pouvoir nous écrier, soulagés : ” Habemus Korrigam ” (traduit ici en : ” Nous avons les Korrigans avec nous “), il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts ou à prier.
A chacun sa technique.

Les portes du vignoble se sont refermées ce soir sur le conclave de Montussan…
C’est Brutus, le chien de garde des Korrigans, qui surveille le conclave.
Si j’étais vous, je n’irais pas faire un tour dans les vignes ce soir, il parait qu’il est terrible…

Nicolas.

Commentaires(2)

  1. Audrey Domenach


    Très belle photos. Vos Korrigans auraient-ils un lien familial avec les monstres des vignes d’Alain Reynaud? ;-)(http://alainreynaud.wix.com/monstresdesvignes)

  2. Nicolas Lesaint


    C’est exactement cela, il a été le premier à les repérer depuis bien longtemps avec quelques beaux exemplaires identifiés…

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor