Le blog

de REIGNAC

Shares

Petit à petit on devient moins petit !

27 juin 2013 | Par Nicolas Lesaint


Et bien voilà, une nouvelle étape vient d’être franchie pour ce modeste blog dont la naissance fut plus un hasard ou une boutade devant laquelle je suis d’abord resté les bras ballants et qui maintenant, je dois bien l’avouer, me démange les doigts régulièrement tant je vois de sujets à aborder et de discussions à ouvrir.
Aujourd’hui, le voilà à 200 000 visites depuis sa création fin décembre 2011, c’est pas mal ! Certes, j’entends parler de visibilité de l’ordre de 100 000 vues par billet chez certains blogueurs, j’en suis bien loin. Mais est-ce là l’essentiel ? Certainement pas, quoique si l’on écrit, c’est quand même pour être lu et ce serait se mentir à soi-même que de dire que de toute manière on écrit uniquement pour se faire plaisir.
On a tous un peu d’égocentrisme en nous lorsque l’on donne ouvertement son avis et forcément cela flatte son ego quand on voit le compteur des vues s’affoler et encore un petit peu plus lorsque l’on vous demande l’autorisation de reprendre un de vos sujets dans une revue “mondialement” connue comme Viti ou la Vigne.
Mais tout ça n’est pas mon métier premier et réussir à acquérir une grosse visibilité résulte certainement plus d’un travail quotidien sur Tweeter, Facebook et sur d’autres outils internet impliquant des mots clefs bien choisis et une connaissance de la toile approfondie.

Aujourd’hui 50% de mes visiteurs sont français, ça parait logique, mais un tiers proviennent aussi des États-Unis. Puis suivent de façon plus modeste mais très assidue belges, suisses, canadiens, anglais, tunisiens et russes. Il va peut-être falloir que je pense un jour à envisager l’éventualité d’une possible traduction en anglais. Mais là, ma connaissance de la langue de Shakespeare est encore trop “à la vas y que je te pousse“, comme m’avait dit mon examinateur du bac, pour que je puisse le faire moi même.

Merci à tous de bien vouloir m’écouter et lire mes avis parfois peut-être simplistes ou décalés sur notre vie quotidienne de viticulteur, agrémentée de ce qui fait qu’il faut être amoureux de son métier pour réussir à le faire transparaître dans nos bouteilles.

Merci de me suivre et si cela peut permettre à de nouveaux amateurs de vins de comprendre la complexité de notre tâche, alors j’aurai au moins réussi cela.

Encore merci à ma femme  qui a créé ce blog pour me donner ce moyen d’expression dans une profession où l’avis des techniciens est trop souvent étouffé face à la complexité et à l’importance de la part commerciale. Et merci à M. Vatelot de me laisser une aussi grande liberté d’expression au nom de Reignac.

Et comme je ne l’avais pas encore fait non plus, merci à Hervé Bizeul, Paul Marie Morillon et Nicolas de Rouyn qui ont été les premiers à me lire et à me conseiller. Le premier pour la forme les deux autres pour le fond et merci encore à Nicolas de Rouyn de m’avoir permis au tout début d’être visible et lu. Le pied à l’étrier, c’est capital !

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor