Le blog

de REIGNAC

Shares

Les filles naissent dans les roses et les Magnums…… Dans les bois.

30 août 2013 | Par Nicolas Lesaint
Chaque propriété viticole possède ses petits secrets de fabrication, ses histoires et ses mythes expliquant l’origine de l’origine de leurs crus et surtout pourquoi ils ont un petit goût de reviens y quand on les ouvre.
Mais, c’est un peu comme les coins à cèpes, on en parle mais pas forcément à tout le monde. Ou même des fois on vous envoie vers de mauvaises pistes, histoire de noyer le poisson et de garder un peu du mystère qu’on a su patiemment construire.

Après les Korrigans et leur rôle capital dans la réussite d’un millésime, puis l’existence à Reignac d’une arme secrète qui nous permet de savoir précisément, au jour près, quand le raisin est au top de sa maturité, voici maintenant, pour vos yeux et vos oreilles ébahis, le saint des saints, l’explication ultime de l’origine des Magnums de Reignac…

Parce qu’il ne faut pas croire que toutes les bouteilles sont faites de la même manière : on cultive le raisin, on le regarde grossir, mûrir en croisant les doigts pour que la presse ne nous casse pas le millésime avant l’heure…, on le récolte quand Tanin nous le dit, on l’élève et puis Hop! en bouteilles. Ça c’est vrai pour les bouteilles de 75 cl, mais pour les gros formats, comment pensez vous que font les viticulteurs bordelais ?
Pourquoi croyez vous qu’ils chérissent leurs bois soi-disant farcis de cèpes à l’automne dont on découvre la pousse, nous pauvres novices, que trois semaines après le début ?

Prenez le temps de venir en Aquitaine pour vous balader dans nos bois au petit matin et peut-être aurez vous la chance de découvrir ce qu’aujourd’hui je vous révèle en toute intimité : Les Magnums poussent au pied des arbres…

Bon ok, ça y est, vous vous dites il dérape le Nico il est revenu de vacances il y a maintenant quinze jours mais il devrait bien y retourner un coup parce que les vendanges risquent d’être un peu sportives pour lui.

C’est peut-être pas faux…

Mais alors, comment expliquez vous qu’au fin fond du bois de Reignac il m’a été possible ce matin d’assister à la première pousse de l’année annonçant la fin de l’été et l’approche des vendanges ?

Puisque l’on est à une époque ou l’audiovisuel est maître en tout et où l’on exige des preuves pour tout croire, alors voici la preuve de ce qui explique désormais comment naissent les gros volumes en Gironde.


Bon, nous c’est un bois à Magnums et double Magnums mais dans le Médoc il parait que certains bois de Pins sont capables de vous sortir des Impériales, des Jeroboams voire même des Nabuchodonosors, mais là c’est plus rares…

Désolé, nous ce sont des bois de Chênes, de Charmes et de Châtaigniers que nous avons…

Excusez du peu… ;o)


C’est la première pousse de l’année, 2013 est en gestation, alors ceux là sont encore un peu petits mais c’est pas grave, moi je préfère les cueillir un peu jeunes, il sont plus fermes et plus fruités.


Donc je pense que ce soir ce sera une jolie petite fricassée de cèpes accompagnée de jeunes magnums ramassés ce matin au pied d’un Chêne centenaire de Reignac…

Tout un programme !

Mais attention, gardez l’info pour vous et puis de toute manière, notre bois est parfaitement protégé et pour y rentrer il faut savoir montrer patte blanche.

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor