Le blog

de REIGNAC

Shares

Ba Ba Ba Ba Ba Balthuuuuuuus !

16 octobre 2013 | Par Nicolas Lesaint

Ça sent la fin et le rapprochement de la ligne d’arrivée dans les vignes, c’est moi qui vous le dis !
Ce matin, il ne reste plus que 5.5 hectares de Cabernets à récolter. Encore 3 petits millimètres de pluie cette nuit et des températures déjà douces, annoncées comme en hausse dans les jours à venir, me confirment que de toute manière il n’y a plus de regrets à avoir il faut achever tout ça et tourner la page de ces derniers Cabernets “Château”.

Finalement les vendanges à Reignac auront été réalisées dans le même tempo que celles de 2012 : même date de début le 02/10 et même date de fin le 17/10. Aux cours des premières dégustations on comparait 2013 à 2012, si cela se confirme ce serait une bonne nouvelle vue que pour nous 2012 fut une belle année.

Dehors, ça glisse un peu, les allées vont le ressentir et déjà Richard a bien compris qu’il y aura quelques terrassements à prévoir… Mais ça tourne et le soleil s’invite déjà pour au moins la matinée, je l’espère.
Pendant ce temps, notre Mikael préféré arrive, l’œil brillant et alerte même si l’on sent déjà que ses épaules commencent à lui peser un peu plus que la semaine dernière. Il nous entame un moonwalk endiablé pour fêter son arrivée… Non, je plaisante, je lui préfère la finesse de son palais à son Billie Jean… ;o)
C’est d’ailleurs pour cela qu’il est là ce matin, pour un véritable premier test sur des cuves quasiment finies.

Déjà six lots en-dessous des 1000 de densité sont à déguster et à sa prochaine visite, il devrait y en avoir beaucoup plus. Aujourd’hui c’est l’équivalent de 700 hl de vin fini… Ça donnera une bonne tendance de ce qui nous attend pour le reste du chai.
Ces premiers Merlots rentrés entre le 01 et le 04 octobre sont plus que rassurants sur le niveau du millésime à Reignac. De très belles couleurs qui tiennent, des tanins fins élégants qui vont nous permettre maintenant de rentrer dans cette phase de macération douce à 32°C avec juste quelques mouillages. C’est maintenant et plus que jamais qu’il va falloir aller jusqu’où l’on peut sans dépasser ce stade où l’on se dit que, trop tard… on a été trop gourmand et pas assez à l’écoute de ce que le millésime pouvait nous donner.

Déjà quinze à seize jours de macération entre la préfermentaire et la fin de fermentation. Même si elles ne sont pas encore tout à fait “sèches”, ces cuves auront filé droit sans grande difficulté si ce n’est de les empêcher d’aller trop rapidement à bout de leurs sucres.

Il est toujours difficile de percevoir clairement ce que donnera telle ou telle cuve encore avec quelques sucres, un peu sur la réduction ce qui aromatiquement cache tout (même si ce n’est pas ce que l’on regarde en ce moment) avec un malique présent qui rigidifie tout ça mais l’on sait maintenant que 2013 sera loin d’être un mauvais millésime à Reignac. D’autant plus que les cuves les plus prometteuses et les lots de Balthus ne sont pas encore présentés ici.

Petit regard complice entre Olivier et moi et l’on comprend que pour le moment nos choix ont été les bons.


Déjà Mikael repart vers d’autres rivages et d’autres tanins et le chai se réveille. Il commence à s’agiter, aujourd’hui c’est journée Balthus sur Argiles.

Ce lot encuvé le 09 octobre et maintenu à 7°C est maintenant prêt à être entonné. Levuré hier matin, oui je sais c’est un choix que de préférer travailler avec celles que l’on connaît, le chapeau se forme dans les cuves tronconiques et l’on peut écouler le moût en fermentation pour ne laisser que le marc en cuves.
Après, ce n’est plus qu’un “jeu d’enfant” d’entonner, de fermer et de ranger dans les OXOline pour quelques tours de manèges à partir d’aujourd’hui et pour plusieurs semaines.





Petite journée bien démarrée. Ensoleillée par un bel article en préparation pour le numéro de novembre de Decanter sur les meilleurs Bordeaux et Bordeaux Supérieurs 2011 dans lequel on nous annonce être en première place pour le Grand vin de Reignac 2011.

Que demander de plus ? Un peu de repos et une belle Gerbaude ?
Patience, tout cela est en train de se profiler à l’horizon des derniers encoinsons de vigne.

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor