Le blog

de REIGNAC

Shares

Déjà J+2

1 octobre 2013 | Par Nicolas Lesaint

Cette fois-ci c’est parti et bien parti.
La tension est palpable, l’anxiété est là, les yeux rivés vers l’ouest à essayer de comprendre cette météo qui ne veut plus rien dire.
Ce week-end, ce fut le bouquet final avec des trombes d’eau samedi soir qui m’ont mis le moral dans un sale état. Etre conscient qu’une perturbation arrive est une chose, se la prendre sur la tronche en est une autre. Ce week-end, à savoir que le barbu était là, à roder dans les Merlots plantés sur Graves et être incapable de vendanger parce que météo trop dégueu et maturité pas là, je vous pris de croire que mes ulcères m’ont relancé et que mes pupilles sont restées ouvertes longtemps, longtemps, longtemps dans la nuit.
C’est bien, je suis “fier” de moi, j’ai bien détruit l’ambiance de toute la maisonnée avec mon moral dans les chaussettes. Surtout quand j’ai pu admirer les “magnifiques” reportages réalisés par nos chaines de télé préférées… Positive attitude quand tu nous tiens…

Certains viticulteurs avaient déjà démarré pensant anticiper cette perturbation. D’autres, comme nous, ont pris l’option de la laisser passer. Nous verrons bien à la fin qui a eu raison, si raison il peut y avoir. Au final, chacun fait à sa sauce en fonction de ses contraintes techniques, humaines et en fonction de sa philosophie propre. Mais cette année, il est certain que la remise en cause personnelle est d’actualité même si face à la Nature on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut et qu’il faut savoir quelques fois lâcher prise pour être plus efficace et pertinent.

En plus de tout ça, samedi la grêle est repassée dans certaines zones. Ainsi sur Bergerac elle a assommé un peu plus certains viticulteurs déjà abasourdis par les conditions de culture de cette année. Je n’ose même pas imaginer la pression mentale et la force de caractère qu’ont ceux qui en ce moment se dépêchent à rentrer ce qu’il reste. Pascal, nous pensons tous à toi et aux journées et nuits que tu dois passer en ce moment, courage, la fin de ce calvaire est bientôt là.

Ici, tous les blancs sont rentrés, c’est déjà ça. Finalement ces sont de jolis tris avec même des volumes un peu plus élevés que d’habitude et forcément une évolution sur le vin final puisque cette année nos Sauvignons blancs ont enfin été un peu plus productifs. Merci les chevreuils d’avoir été sympas avec nous.


Les premiers lots débourbés fermentent tranquillement mais j’attends avec impatience le premier matin où, ouvrant la porte du bureau, les arômes de fermentations me péteront au nez.

Le balais des vendangeurs commencent… Avec l’urgence du démarrage on m’avait prévenu que les saisonniers étaient devenus une denrée rare qu’on se piquait entre viticulteurs.
Pas de stress“, enfin presque, quand on peut connaitre la fidélité de certains TESA nouveaux venus, “j’ai tout bloqué il y a trois semaines !”
Penses-tu, au final dix abandons sur 44… Et vas-y que je recherche la crème de la crème en commençant à taper sur la liste de ceux que j’avais mis de côté faute de grandes compétences évidentes. Eux, ils sont toujours dispos…
Pour l’instant, cette équipe 2013 me fait un peu moins vibrer que les années précédentes, mais qui sait, peut-être vais-je être grandement surpris. En tout cas il ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas qu’ils devaient prévoir une véritable tenue de pluie cette année…

Les premiers Merlots rentrent doucement. Ce sont ceux situés sur les Graves que l’on encuve en premier et déjà la première parcelle est achevée. 40hl/ha de vendange, parfait, les vendanges vertes ont été bien faites. Le degré, à confirmer au labo, nous dit que nous sommes aux environs de 12.5. Bon, à suivre. Les suivis de maturité était un peu plus élevés la semaine dernière pour les autres parcelles alors on verra bien.

Demain c’est le grand jour pour le premier tri de Balthus avec son encuvage dans les deux cuves tronconiques pour une macération à froid à 7°C. Pour la durée de cette macération, on verra bien en fonction du niveau de maturité.


Plus de retour en arrière possible. De tout manière celui qui voudrait s’arrêter maintenant en espérant un peu plus de maturité sur ses Merlots serait perçu comme un fada par bon nombre de confrères. Mais c’est bien connu, ça rassure toujours de voir les autres comme des fous lorsque l’on est les plus nombreux dans la stratégie choisie.
Alors, à chacun ses choix. Pour nous les Merlots sur Graves vont s’enchaîner pendant ces quelques jours en attendant que ceux sur Argiles veuillent bien mûrir un peu plus. Tant qu’ils tiennent, on attend. Entre, se positionneront les jeunes plantes, à moins, à moins que la météo nous joue encore quelques tours, il parait que jeudi et vendredi devraient être pleins de dos-d’ânes et de montagnes russes humides…

J’espère juste que ma Lilou, dans son envie de m’aider et de remplir notre tableau de liaison familiale, n’aura pas raison sur ses pronostiques météorologiques de la semaine…


Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor