Le blog

de REIGNAC

Shares

J+5 : La journée de Guy

4 octobre 2013 | Par Nicolas Lesaint
Ouf, c’est encore bon pour cette fois. Enfin, pour nous du moins, parce que ça fait du bien de temps en temps de faire un peu l’égoïste et de penser d’abord à soi.
Finalement hier soir, l’orage n’a pas été pour Reignac. Une fois de plus, l’effet du Bec d’Ambès séparant les orages sur la Garonne et la Dordogne a du faire son effet et protéger notre secteur. On entend des bruits comme quoi ce serait Cérons qui aurait subi le choc le plus fort. Dégâts, pas dégâts ? Je ne sais pas. En tout cas, courage à ceux qui ont été touchés s’il y en a, toute la profession pense à vous.

Que 4 petits millimètres cette nuit ! Quelle aubaine, mais une grosse journée perturbée est annoncée avec des cumuls de l’ordre de 20 mm. Alors que faire ? Attendre ? Sauter un jour ? Continuer ? Pleurer ? Se lamenter ?
Une fois de plus à chacun sa stratégie et que ceux que je lis ou entends rigoler en ce moment parce qu’aujourd’hui des chais continuent quand même à rentrer du raisin se taisent un peu.
Déjà vous les critiqueurs, êtes vous viticulteurs ? Faites-vous du vin ? Connaissez vous les contraintes de notre travail et les outils mis à notre disposition pour contrebalancer des journées comme celle-ci ?
Un exemple : nous sommes aujourd’hui vendredi. Notre troupe de 43 saisonniers est là avec autant de cas personnels que de coupeurs. Demain nous sommes samedi, journée sacrée en France pour faire ses courses et vaquer à ses occupations. Ayant débutés mardi, cette journée de samedi, quoiqu’il arrive, ne sera pas comptabilisée en heures supplémentaires puisqu’elles sont calculées à la semaine. Croyez-vous alors que je sois certain d’avoir mon équipe demain même s’ils me font des signes positifs de tête quand je le leur demande ?
“Il aurait fallu démarrer un jour plus tôt alors M. Dusse ?” Il est certain qu’avec des “si” les œnologues seraient des magiciens.


“Vous n’aviez qu’à pas attendre ça ne servait à rien ! Vous voyez bien, vous ramassez sous la flotte !”.
Pas con le gars, il a compris que la pluie ça mouille et qu’elle peut même diluer les moûts !

Désolé, mais je suis content d’avoir attendu et si c’était à refaire je le referais même si je me souviens parfaitement de mon stress du week-end. Parce qu’à partir de samedi et pour quelques jours, ça s’arrange sérieusement et quand j’entends que chez certains, à cause de ce genres d’arguments, les Cabernets sauvignon sont déjà terminés, je suis désolé mais sauf s’ils dérapaient sanitairement, c’est une très grosse bêtise, à mon avis, de les avoir faits. Mais ce genre d’arguments et de petites phrases servent juste à se rassurer et à se dire qu’on a bien fait de décider ce que l’on a décidé, je le sais bien… Une journée de pluie, qu’est-ce que c’est quand derrière, le temps vous confirme que oui vous avez bien fait d’attendre un peu plus que la moyenne ?

Je répondrai aussi qu’il existe certains outils tels que les osmoseurs, machine incroyable permettant de concentrer les moûts avant fermentation, en enlevant de l’eau. Ceci se fait suivant une règle bien précise et suivant un registre d’enrichissement. Rien ne m’empêche alors, lors de journée comme celle d’aujourd’hui d’osmoser légèrement ces moûts rentrés et ainsi d’évacuer cette humidité excessive. Cela permet d’avancer dans son ramassage sans pour autant abîmer la qualité des vins que l’on fera.
Désolé mais une fois de plus, je préfère des moûts ainsi travaillés mais mûrs et pris à temps à des moûts végétaux ramassés au soleil.
Mais c’est un choix stratégique, je le conçois très bien.

D’ailleurs, pour confirmer tout ça, voici le bilan prévisionnel pour samedi : répondront à l’appel de demain pour ramasser quelques Merlots vingt personnes sur les quarante quatre recrutés…
Je ne regrette donc pas mon choix peut-être juste le calcul un peu simpliste qu’ont fait les saisonniers qui ont décidé demain de faire canapé.

Au final, la cuve rentrée aujourd’hui est a 12.7° potentiel. Comme quoi elle n’était certainement pas à 14° hier soir. La maturité phénolique nous l’avons, autant qu’on puisse l’espérer cette année et la petite dilution du degré sera bien vite rattrapée.

Ce soir, ça repart au sale temps après une petite accalmie passagère. Alors, comme la musique adoucit toujours les mœurs et qu’après la pluie vient toujours le beau temps, un p’tit Birdy pour la route du retour…


Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor