Le blog

de REIGNAC

Shares

Neurones et nuages gris.

29 avril 2014 | Par Nicolas Lesaint

Il est des journées où le ciel ressemble à ma matière grise. En brassage permanent, mode essorage avec un je ne sais quoi de compression qui pimente une tension lancinante au coin des tempes.
La saison des TESA a débuté et déjà les premiers absents sont là… Façon de parler. Non présents dès le premier jour, ne répondant pas au téléphone, ne rappelant pas après plusieurs messages, bref parfaitement respectueux de leur engagement d’il y a quinze jours pour absolument faire les trois mois de travaux qui s’offrent à eux.
Et oui, vive la capacité que donne le téléphone portable pour ne pas affronter son interlocuteur et se cacher derrière un SMS ou un tunnel caverneux. Tout ça pour ne pas se trouver confronter face à celui à qui tu as donné ta parole, ton engagement parce que tu es bien conscient que ton employeur dit non à d’autres postulants et que oui la franchise est toujours mieux que la lâcheté…
Donc oui, c’est parti. Comme chaque année, ce sont deux puis quatre abandons au bout de deux jours. Disparus de la surface de la terre, radiés du monde des vivants, peut-être emportés par des extra terrestres qui avaient besoin de quelques cobayes pour une étude de la race humaine et de ses incohérences.
Aujourd’hui, c’est donc reparti pour un tour de recrutement…
Parallèlement, la gestion des ressources humaines repointe son nez avec la complexité d’une vie en communauté professionnelle dans laquelle tout le monde en bon sélectionneur souhaite montrer ses capacités à dominer l’autre.
Comme quoi le participatif qui m’anime recèle parfois des limites que l’on peut se prendre un jour en pleine cloison nasale.
Après, c’est un choix, un principe que l’on accepte et que l’on assume toute sa vie ou que l’on décide un jour de balancer aux orties pour retourner vers un régime dictatorial jalousement entretenu par une génération que j’estime dépassée.
Notre génération est-elle vraiment prête pour cela ? Les hommes et les femmes de ce milieu sont-ils prêts à assumer une tentative de mise en éveil des qualités de chacun avec malgré tout la reconnaissance d’une hiérarchie fonctionnelle ? Une fois de plus le monde des Bisounours n’est pas dans le vignoble et le quotidien sait me rappeler que la cohabitation des caractères, des histoires, des cultures, des valeurs, certes enrichissante au quotidien, peut parfois être une cocotte minute dont la soupape est un peu encrassée.
Je suis persuadé que les personnes qui boivent les vins que nous élaborons, nous viticulteurs, n’imaginent absolument pas à quel point le facteur humain est capital. Combien il peut affecter la qualité du travail qu’il nécessite et le plaisir que l’on peut avoir à faire goûter le résultat de toutes les épreuves que l’on a traversées pour les réaliser.
Oui, on associe à chaque millésime des conditions climatiques particulières, des évènements pathologiques marquants, des qualités agronomiques de terroirs décevantes ou au contraire mises en valeur, mais ce qui reste le plus souvent ce sont des faits humains marquants. Des arrivées, des départs, des engueulades, des explications, des moments de grâce devant une panne solutionnée. Bref l’homme dans toute sa splendeur et dans ce qui fait que les échanges qu’il suscite créent un lien avec ce que l’on produit.
Je suis un utopiste, je le sais. J’idéalise le modèle que j’ai choisi pour m’épanouir professionnellement. J’en suis plus que convaincu, c’est dans mon tempérament, c’est dans les veines, c’est pour moi un fondement trop longtemps étouffé. Donc pas de place dans une propriété viticole pour l’intolérance, la jalousie, l’autoritarisme et autres abus de comportement. Les millésimes ne le permettent pas et une chose est certaine, le vin en naissance devra être aussi bon que ce 2012 que l’on vient d’assembler.
Alors Il pleut…

Ben oui, on voulait de l’eau, les sols étaient trop durs au point que l’on était dans l’incapacité de les travailler, on nous parlait même de sécheresse de surface alors le ciel nous a écouté. Comme d’habitude de façon exagérée. Comme d’habitude avec une surabondance d’expression et les cumuls sont plus que conséquents.
Parallèlement la lutte phyto a débutée et déjà nous en sommes rendus à slalomer entre les jours pluvieux cherchant une fenêtre météo qui nous met en situation de protection imparfaite.
Un première tache de Mildiou déjà découverte la semaine dernière… Je pense n’en avoir jamais croisé aussi précocement. Comme quoi les modèles mathématiques sont imparfaits puisque d’après eux, il y a quinze jours, une contamination était encore impossible. Nous ne comprenons donc pas encore tout et j’entends déjà Paul me dire : “Eh ben tant mieux !”
La semaine s’annonce mauvaise mais demain la fenêtre devrait être là…
Deuxième Poker menteur en vue. Deuxième matinée à se dire j’y vais, j’y vais pas tout au long de la route qui m’amènera à Reignac. Les mêmes rituels en prévision, les mêmes regards de ce lien qui entre nous sera plus du : “on veut être efficace et pas faire les choses pour rien ” plutôt qu’un “moi je démarre pas à dix heures parce que jamais je finis ma journée à 17h, demain c’est férié ! “ 
En plus jeudi c’est l’ouverture du carnassier…
Ce soir en partant il pleut toujours.
Les allées sont détrempées, les sols sont gorgés et le ciel est bas. Ma tête est lourde, mes pensées vagabondent et déjà je sais que les allées et les rangs travaillés, demain, vont en prendre un coup…
Peu m’importe, l’objectif reste et restera commun jusqu’au bout. Traverser le millésime en le négociant le plus intelligemment possible et écrire ensemble une page de plus dans cette histoire collective qui fait que nos vins transpirent notre envie de réussir là où trop d’autres échouent.
De toute manière, les futurs challenges vont être tellement nombreux que seule une volonté d’avancement collectif nous permettra de les franchir.
Nicolas.

Commentaires(3)


  1. La vigne dans tous ses états.


  2. Exactement…


  3. Tant que l’humain est au centre, c’est qu’on fait un beau métier quoiqu’il soit ;)

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor