Le blog

de REIGNAC

Shares

Il est l’or !!!

16 septembre 2014 | Par Nicolas Lesaint
Bon, voilà, c’est fait, c’est passé, la vague médiatique est en train de retomber, les discussions commencent à se calmer et peut-être que maintenant l’auditoire va pouvoir écouter de façon un peu moins exacerbée. Le petit film a enfin été diffusé, les téléspectateurs peuvent désormais se faire eux même leur idée sur le sujet  même si, malheureusement le porte-voix de ceux qui voudraient clarifier certains points n’est pas aussi puissant que celui de Mme Saporta (4.8 % de part de marché lundi soir).
Comme disent certains, nous sommes, nous les petits bloggers, des “bas bruits“, donc peu entendus, avec alors peu d’effets sur les sujets abordés… Ben peut-être M. Berthomeau mais peut-être pas. Des fois comme ça, ça arrive que des idées de respect et d’écoute fassent leurs chemins, et ce n’est pas cette faible visibilité, dont je suis conscient, qui m’empêchera d’exprimer les miennes. Comme le Colibri, je fais ma part et pour cela je continue à me regarder en face.

On aura fait ce qu’on a pu pour démontrer le côté trop à charge de certains sujets développés dans ce reportage. Sujets hautement intéressants à débattre quoi qu’on en dise et qui seront d’ici quelques années amenés à évoluer mais je l’espère dans d’avantage de sérénité.
Je ne suis pas certains que le débat qui a suivis la diffusion du reportage aura été très constructif tant l’agressivité des orateurs était palpable et l’écoute peu importante mais voilà, tout ceci est passé et maintenant il faut que les choses avancent et de façon certainement plus constructives.
Merci encore Missglouglou pour avoir relayé mes écrits et c’est quand elle veut pour remettre un peu d’éclat dans le spot qui éclaire ce petit blog.

Quoi qu’il en soit, pour moi la conclusion finale à tout cela sera venu ce matin de cette petite phrase que j’ai pu croiser au détour d’un rang de vigne, échangée par deux personnes endémiques au vignoble, qui pensent vignes, qui vivent raisins et qui parlent sarments :
- Alors, tu as regardé l’émission sur le vin hier ?
- Ah ben non, je savais pas.
- Tu savais pas ? Quand même, ils arrêtaient pas d’en parler !
- Oh, tu sais moi, déjà que j’ai regardé la vigne toute la journée…

Voilà, tout est dit, tout est ainsi résumé que l’intérêt de l’avenir de notre profession, les enjeux de l’écologie qui nous envahit, n’a pas réussi à atteindre les premiers acteurs du sujet. Pas ceux que Madame dénonce, non, pas ceux qui spéculent sur nos vins et quelque part, malgré eux participent à cette notoriété extérieure de nos vins. Non, ceux qui font les vins par leur courage et leur abnégation ne ce sont pas reconnus dans le débat. Et c’est bien dommage car peut-être aurait-il fallu leur tendre un micro et essayer de demander un avis éclairé sans les caricaturer ni les mettre de côté.

Bon, je ne vais pas repartir dans le débat, j’ai assez donné, mais je dois bien avouer que j’ai bien aimé l’initiative d’Hervé Bizeul au soir de la diffusion de proposer de discuter et de commenter en direct ce reportage. Un peu dans une ambiance de café du coin ou de réunion de village où tout le monde s’exprime dans l’instantané de ce qu’il voit, entend et comprend. Vous me direz c’est un peu tweeter tout ça, mais pour moi qui n’y mets pas le clavier c’était tout nouveau et bien plaisant comme exercice.
A quand la dégustation FB d’une verticale de Reignac commentée un peu partout en France. Bon OK, André s’y est collé le soir même mais juste avec son groupe perso, d’ailleurs on attend les notes dans le blog à Fufu devenu Vitinéraires

Et puis pendant c’temps là, j’tournais dans le vignoble, et puis pendant c’temps là j’me rendais compte que ça mûrissait sérieusement…
Au point même que ça y est, demain matin on démarre.
L’or est là, dans les ceps, prêt à être récolté et stocké jalousement dans nos cassettes. Qu’on ne nous ne volera pas je vous rassure.
L’or cher à Don Sallustre ne sera pas gaspillé mais au contraire mis en valeur on l’espère dans nos petits œufs en béton.

Ce seront d’abord les gris qui seront ramassés, puis les premiers Sauvignons blancs. Désormais la maturité est là avec des degrés naviguant entre 13.7 et 13 pour ceux-ci, les goûts végétaux ont disparus, plus de fèves ou de petits pois à l’horizon, place à l’exotisme et à la pêche.
Les pH sont bons, entre 3.1 et 3.2, 2014 sera grand en blancs c’est certain.

Tracteurs check
Cagettes check
Sécateurs check
Coupeurs chek chek check.

Bon, ben on est prêts alors, y a plus qu’a comme on dit. Le bal va débuter en attendant que les rouges peaufinent leurs peaux nous allons entamer la danse des sécateurs sur les blancs et bien loin de ce brouhaha parisien nous retournons à nos vignes et ce qui fait que la passion perdurera.


On se recentre, on revient à l’essentiel, le raisin, la vigne, le terroir et les hommes qui font le vin. Les heures à venir vont peut-être être difficiles physiquement elles seront avant tout belles de ce qu’on voudra bien y mettre.
Et ici ce ne sera que des bonnes choses.

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor