Le blog

de REIGNAC

Shares

Le syndrome de Bob le playmo

16 octobre 2014 | Par Nicolas Lesaint

- “Bon alors maintenant, vous vous taisez et vous sortez vos cahiers de viticulture et je vous préviens que le premier que je prends en train de chuchoter, papoter, bavarder ou quoi que ce soit, je le mets à la porte avec un rapport de chez monsieur Vatelot ! Que ce soit bien clair entre vous et moi !”

- “Après avoir marqué votre nom en haut à gauche d’une feuille A4 ainsi que la date du jour, résolvez le problème suivant :
Soit un viticulteur bordelais installé en Entre-deux-Mers souhaitant faire des vins de qualité ayant une maturité suffisante pour assumer ses prétentions. Sachant qu’il a la possibilité de ramasser à la main et à la machine dans certaines zones uniquement destinées au vin d’entrée de gamme. Sachant que pour cela il a recruté une troupe de saisonniers qui commence à en avoir marre de venir à chaque fois pour une journée par semaine et que si ça continue comme ça il va finir par couper du raisin seul avec ses permanents. Considérant que 23 hectares de raisins rouges sont encore à récolter, que la troupe peut ramasser 2.5 hectares par jour, la machine 3.5 hectares, que la maturité est proche, qu’il pleut en ce moment, que le week-end est beau mais chaud, type climat tropical, que la météo ben faut quand même s’en méfier, qu’il n’y a pas de réelS foyers de botrytis installés, qu’il a des vignes plantées sur des Graves et d’autres sur des Argiles donc résistant différemment à une forte pluviométrie, qu’il lui reste encore des Merlots, des Cabernets francs et des Cabernets sauvignons, décidez de ce qu’il doit faire pour être assuré de rentrer du beau raisin apte à faire du bon vin…
Sachant que dans le chai, déjà 1900 hectos de vendanges rentrés et que grosso modo il en reste encore 1200 dehors et qu’en ce moment le dehors il est un peu en train de se faire mouiller la figure, prenez la bonne décision et ne revenez pas dessus…”

-” Are you ready ? “
- “Begin !” 
- “Vous avez une heure devant vous et pas mal de coups de téléphones à donner si vous décidez de changer subitement de stratégie…”

Voilà, voilà, voilà,…
Aujourd’hui je me frotte les tempes en pensant à tout ce qu’il reste à faire. Bon il faut rester pragmatique et regarder les éléments du problème.
J’ai l’impression d’être en cours avec Elie Kakou en prof d’anglais faisant une interro surprise et cherchant désespérément à récupérer ses copies.

Comme d’habitude, je dois commencer à me répéter, un rapide tour dans les vignes montre que tout va bien et que vraiment le gain au niveau de la finesse des peaux de Cabernets sauvignons est énorme.
Ce problème en fait, c’est un peu comme quand vous étiez gamin au bord d’un étang et que vous voulez rattraper le playmobil tombé du bateau que vous avez fabriqué vous-même en bouteille minérale avec la voile et tout et tout. Mais si, vous voyez bien l’image, enfin pour moi c’est ça, ça m’est arrivé tellement souvent au cours des différents étés passés à me transformer en Capitaine Pirate sur les bords de la mare de mon oncle.
Enfin bref, il est tombé le playmo, en plus c’est votre préféré, alors vous calculez bien la trajectoire, la puissance du vent et vous coupez une perche dans une branche d’osier et vous vous allongez le plus possible pour attirer à vous le bonhomme à coup de fouet dans l’eau. Tout va bien vous le voyez s’approcher de vous Bob le pirate, vous allez l’attraper, maintenant vous le titillez du bout du scion, ça va bientôt être gagné et puis subitement il commence à couler ! Ça coule pas un playmobile c’est du plastoque ! Alors vous vous agitez, vous vous tendez, plus élancé qu’un acrobate et puis subitement c’est la cacatastrophe le pied gauche glisse et malgré un moulinet fantastique vous vous retrouvez le nez dans la boue, les quatre fers en l’air et le playmo qui s’éloigne puis disparaît…
Ça sent le vécu et la frustration enfantine ça hein? Ben j’ai un peu peur de revivre ça en ce moment. Le bon raisin qui s’approche, celui qu’on a palpé tous les deux jours depuis un mois, qu’on a goûté et vu se rapprocher de la maturité qu’on espérait pour lui et puis voilà qu’arrive le dernier crachin au cours de l’ultime ligne droite qui veut faire couler la récolte…
Eh ben non, désolé, ça ne se passera pas comme ça cette fois-ci. Aujourd’hui j’ai une épuisette, des cuissardes et puis j’ai pied partout, donc je ne vais pas me faire avoir une nouvelle fois et on va se donner encore une dernière mesure de chaleur et de douceur pour décider de rentrer ou pas dans la mare s’il le faut, et encuver les derniers raisins.

En rendant ma copie, j’ai bien calculé tout ce qu’il me faut : une présence suffisante de coupeurs, un matériel fiable, de la motivation, une météo clémente à partir de lundi et au moins cinq jours de travail. Sachant que certains Cabernets comptabilisés dans ces jours de travail peuvent largement rester sur pieds pendant encore au moins dix jours, je confirme que le viticulteur doit raison garder et peut s’arrêter jusqu’à lundi en tentant le dernier drop du week-end.

Alors maintenant, tout le monde se lève, range ses stylos et sa règle dans la trousse. Ça se regarde encore du coin de l’œil. A mon avis les stratégies proposées par les élèves sont certainement toutes différentes les unes des autres. Il doit y avoir celle qui veut assurer le volume rentré au dépend de la maturité ou celle très intrépide qui cherchera à trop attendre se moquant éperdument de la surmaturité mais qui malgré sa bonne volonté se fera rattraper par la patrouille au mauvais moment. Et puis au milieu de tous les intermédiaires possibles il y aura l’étudiant qui aura fait le bon choix.

Tout le monde sort de la salle.
Il n’y aura pas de cession de rattrapage ni cette année ni jamais d’ailleurs et les résultats seront très rapidement connus.

Dans quelques temps nous aurons fait de 2014 ce que nos choix nous auront permis d’en faire et c’est bien ça le plus beau :  ce vent de liberté qui souffle autour de nous mais qui parfois sait éloigner l’objet de notre convoitise la plus folle.


Nicolas.

Commentaires(2)


  1. je ne sais pas si je t’avais donné l’adresse http://boisetcharbontoulouse.blogspot.fr/
    aujourd’hui , en me promenant en t-shirt comme si c’était l’été, je pensais à toi, à ces raisins qui prennent un soleil indien. Je sens que ton 2014 va être étonnant…bonne soirée
    sébastien


  2. L’indien playmobil, je l’avais aussi et il est dans ma poche en ce moment… ;o)

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor