Le blog

de REIGNAC

Shares

A la fin de l’envoi, je la touche…

4 août 2016 | Par Nicolas Lesaint

13606833_640613546091026_2206806294910553244_n

On l’a attendue, mon dieu qu’on l’a attendue celle-là, symbole de la ligne d’arrivée qui s’approche, emblème d’un raisin que l’on va enfin pouvoir laisser un peu plus tranquille jusqu’à la maturité qu’on aura souhaitée, la première baie vérée est arrivée !!

“- Eh papa, franchement tu me racontes n’importe quoi ! Vérer, vérer, ça veut rien dire ton truc, ta baie elle devient pas verte, bon alors tu dis autre chose, je sais pas moi, c’est la “violetraison” si tu veux, là on comprend mais pas la véraison, c’est n’importe quoi, ça veut rien dire je te dis !!”

Ok ma Lilou, dans l’absolu, tu as raison, mais en fait il faut toujours se méfier des apparences et des raccourcis de langage. L’origine du mot du coup il a bien fallu que je la cherche et voici ce que j’ai trouvé: Mot du Midi (Pézenas vairasoú « fait de mûrir en parlant du raisin »), dérive de vairá « commencer à mûrir » et aussi de Bourgogne où il est dérive de vairir/vérir « commencer à mûrir » (cf. 1585 [éd.] vérir « commencer à mûrir, en parlant du raisin » . Cf. aussi mâconnais vairiaison « époque à laquelle le raisin commence à mûrir ».

“- Bon tu vois ça peut donc être vert, rouge, violet, orange ou jaune, le tout est que ça mûrisse, ça stocke des sucres, ça synthétise des tanins, ça brûle de l’acide, ça prend du goût.”

Donc voilà, on y est c’est le point de bascule qui nous montre aussi comment on est par rapport aux autres années même si l’important est une fois de plus ce qui est à venir: la durée de cette véraison qui indiquera l’homogénéité de maturité qui nous attend au moment de la récolte. Soit c’est groupé, et là on joue sur du velours pour déclencher le ramassage parce que l’on sait que les baies que l’on goûtera seront vraiment représentatives de l’ensemble de la parcelle ou alors si elle est lente et étalée et bien il faudra attendre que ces queues de véraison rattrapent les baies en avance et ce sans que pour autant ces dernières basculent sur la surmaturité… Alors, on jouera, on pariera sur l’avenir en fonction de notre capacité à ramasser vite et efficacement. Un peu comme un 2012 qui reste l’exemple type de cette situation qui fait que l’on a réussit, ou pas, à atteindre la maturité que l’on voulait.

“- Et donc, que faut-il pour que cela se passe bien monsieur je sais tout ?”

Ben en fait je sais pas tout, loin de là, mais j’ai bien retenu c’est quand la qualité de la floraison est importante, est ce qu’elle a été rapide et homogène, ensuite est ce que le grossissement des baies a lui aussi été harmonieux et régulier. Puis il ne faut pas qu’un stress hydrique trop fort se mette en place même s’il est nécessaire pour que la vigne stoppe sa pousse. Mais quand même il faut un peu d’eau sur le début de la véraison parce que c’est elle qui va permettre un basculement rapide de ce changement de physiologie du raisin.

En fait pour nous la première baie vérée a été observée lundi matin… 10 jours de retard par rapport à l’an dernier et 7 par rapport à une année “moyenne” on dira mais bien en avance par rapport à 2013 c’est déjà ça parce que les quarante cinq jours de maturation on va quand même les avoir quoi qu’il arrive…

Cela fait quatre semaines qu’il n’a pas plu donc on a tout ce qui va bien pour stopper la pousse et surtout calmer la grosse pression parasitaire que l’on a eu depuis le début de la saison. Et puis miracle du miracle, de l’or en goutte nous arrive aujourd’hui, il pleut depuis 14h. Ça ne sera pas dix millimètres mais plutôt 4 ou 5 millimètres qui vont quand même aider à franchir ce cap que dis-je, ce roc, cette péninsule !!!

Aujourd’hui les vendanges vertes sont achevées, huit à dix grappes par pieds, ça dépend des coins et des configurations de culture, les dégâts de mildiou n’apparaissent plus et n’auront pas de conséquences sur le volume ramassé dans deux mois. Et moi de me rappeler ce lundi 23 mai et la peur que je me suis faite arrivant sur cette fameuse petite parcelle de Duma 7 et comprenant le niveau d’attaque de mildiou qu’on allait devoir affronter jusqu’au 15 août…

Mais tout est bien qui fini bien, on va y arriver et en plus ça se présente désormais bien.

Hier c’était les prélèvements pour les bilans nutritionnels d’avant véraison pour savoir ou on en est. Est-ce qu’au milieu de tout cela les vignes ont réussi à prélever tout ce dont elles avaient besoin? Il est capital de regarder tout cela lorsque l’on voit comment s’est déroulé de façon hétérogène et sans logique apparente la résistance des différentes parcelles par rapport au mildiou… D’autres paramètres interviennent, d’autres origines aux problèmes, d’autres raisons que les produits phytosanitaires utilisés ou la nature du cépage. Certainement faut-il regarder de plus prêt la nutrition liée à la parcelle concernée. Alors, pour la première fois allons nous nous amuser à prendre aussi de la hauteur pour mieux comprendre. Passer de l’infiniment petit que sont les équilibres nutritionnels à l’infiniment grand de la photographie aérienne. Je vous rassure tout de suite je ne suis pas un fervent adepte des nouvelles technologies mais pourquoi s’en priver lorsqu’elles peuvent nous permettre de nous donner de nouvelles informations exploitables. Parce que là se trouve bien le problème, pouvoir exploiter les données que l’on recueille. Si le but est de réaliser de magnifiques cartes colorisées à épingler derrière mon bureau cela m’importe peu, en revanche si ces mêmes données me permettent d’ouvrir une nouvelle serrure dans la compréhension et l’amélioration de notre travail alors là j’y vais avec euphorie.

Pour réaliser des photographies aériennes vous avez plusieurs possibilités en passant par le satellite, l’avion ou le drone. Certains vous vendent du rêve visant à réussir à estimer les rendements ou à mieux aborder la pression maladie, d’autres en revanche plus modestes cherchent juste à vous donner une simple photographie de votre vignoble vu du ciel. Au milieu de tout cela vous pouvez choisir une photographie à l’aide d’un capteur appelé NDVI permettant de relier la mesure du feuillage avec la vigueur de la parcelle. Pourra-t-on alors améliorer nos sélections parcellaire ainsi que le pilotage des fertilisations liées à cette vigueur ? Tel est bien là l’espoir que je mets dans cette mesure…

Après, tout n’est que question de résolution photographique et de tarifs liés à celle-ci. J’ai opté pour Fruition Sciences et son avion jaune capable de mutualiser les besoins des viticulteurs et ainsi faire baisser les coûts du vol. Trois définitions possibles, 50 cm, 25 cm ou 10 cm avec des coûts respectifs de 10 euros / ha 25 euros / ha et 70 euros / ha.

Survole de la propriété vers le 15 août et surface concernée, 40 hectares… Un petit budget dont on verra rapidement si l’utilisation est rentable pour nous.

“- Oui mais alors, papa tu te balades plus dans tes vignes, tu restes dans ton bureau bien tranquille et tu vois tout de suite ce qu’il faut faire, c’est cool ton boulot en fait !!!”

Oui alors là ma petite Lilou je t’arrête de suite, ça reste un outil, pas une fin en soi et ça ne dédouane en rien de continuer à te balader dans tes rangs de vigne et à goûter le raisin parce que le meilleur capteur à maturité que la nature ait encore inventé reste ta bouche. Donc rassure toi on va continuer à marcher, marcher et encore marcher pour manger, manger, manger, que mon ventre, comme chaque année à un moment donné me rappellera que le raisin c’est bon mais qu’il vaudrait bien que je calme le jeu sur les quantités ingurgitées par jour, sinon…

Mais rassure toi ma Lilou, quoi qu’il arrive, au moment venu, tel Cyrano fouettant l’air de son chapeau, je jetterai avec grâce mon feutre, je ferai lentement l’abandon du grand manteau qui me calfeutre, je tirerai mon espadon, élégant comme Céladon, agile comme Scaramouche, et je te préviens chère Lilounette, qu’à la fin de l’envoi, quoi que me dise toutes ces analyses,… La baie de raisin…

Je la touche… ;-)

Nicolas.

Commentaires(1)

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor