Le blog

de REIGNAC

Shares

La foudre glacée…

19 avril 2017 | Par Nicolas Lesaint

17990639_10154702401414195_1128119019141080235_o

(Photo Domaine Buisson)

Trois heures du mat. Trois heures cinq à tout casser.
Du noir, de l’obscurité à revendre autour de soi comme si la couette étouffait tout. Un peu de chaleur a quitter, un nid, une protection, un isolement face à l’hostilité extérieure.
On se lève, on rampe jusqu’à la salle de bain, une douche? Même pas, pas envie, un objectif, un seul… Une idée en tête, une seule…
Habillé, chaussé, on sort…
Voiture, démarrer, rouler, zigzaguer, conduire sans penser à cela, être ailleurs, une décorporation cérébrale permettant déjà d’y être.. .
On arrive, attendez moi, j’arrive.
Ils sont là.
Autres zombies, autres esprits ébouriffés, enfoncés dans leurs manteaux ils se frottent les mains soufflant dans l’air cette fumée blanche image difforme du mal a venir.
Ce paysage noir ils le connaissent bien. Là un chemin, ici la chapelle, ici cette haie et puis là l’entrée du Clos.
Personne ne parle, les regards sont plutôt vers le haut admirant ces points lumineux, ces voies lactées poétiques et criantes en été devenues des symboles destructeurs aujourd’hui.
Pas de brume, pas d’air, ni de nuages arrivant à la rescousse pour aider. Non, ce matin sera rock, ce lever de soleil sera comme le tranchant d’un couteau affûté a l’instant.
Chacun son rang.
Chacun sa lance le ballet commence. Une avancé dans la nuit qui illumine l’espace, glorifie les ombres et réveille les rangs. Les ceps sont là, désormais brillants des flammes des bougies.
Le coteau s’embrase, des lignes se marquent partout, ici, là bas, chez Francis, chez Maurice, chacun essaye, tente de protéger ce qu’il a de plus beau. Comme sur un navire en perdition ou tu devrais choisir qui essayer de sauver… Alors ce sont les crus que l’on visite cette nuit…
Un aller, un retour, un carré magique qui s’illumine et l’ambiance change. Un retour vers Saint Jean, une remontée vers Sylvestre, on en appelle au réchauffement qui sauve, celui que l’homme d’avant connaissait bien, blotti dans sa grotte. Les hommes s’unissent une fois de plus.
Deuxième nuit de gel, deuxième visite et allumage des brûlots en espérant protéger sa récolte déjà perdue de nombreuses fois. 30% 50% 70% tout, tout, tout…
Une foudre glacée alors qu’il fait beau, en silence, on perd tout…
Et au matin, loin de tout, on regarde ce qu’on ne veut pas voir, on admire le vert au milieu du brun. On pleure la grillure, on gratte, on cherche si les contres étaient sortis eux aussi…
La journée passe, pour cette fois c’était encore bon, mais pour les bas fonds tout est déjà terminé…
On se regarde, on voit le ciel, on comprend les nuages, on sent le vent du nord, on accepte, cette nuit on remet ça… Tant qu’on a des cartouches on y croit.
Alors on met tout en place, on vérifie que tout le monde pourra venir… évidemment, évidemment on sera là…
Quelques poignées de mains, deux coups de téléphone et on rentre…
Pas faim…
Pas le goût…
Pas sommeil…
Pas dormir…
Juste vivre et traverser tout cela.

Bon courage à tous pour ces jours à venir

Commentaires(3)


  1. Bonjour Nicolas,
    Merci, c’est beau et triste parfois la nature, pourtant comme toujours vous avez des mots si justes.
    Pour moi, aujourd’hui, les abrutis volent en escadrille, deux imbéciles m’ont posé des lapins de compétition… mais après avoir lu le déroulement de votre nuit, ainsi que celle de vos collègues, ma journée me semble bien plus douce et très relative.
    N’habitant pas très loin, je viendrai prochainement découvrir le jardin des senteurs, ou peut être même profiter d’un pique-nique.
    Vous êtes un poète, un peintre, un dessinateur, en plus tout le reste dans le domaine du vin et tout ce que je ne connais pas.
    Vous avez une belle âme cher monsieur, cela fait des mois que je suis votre blog, je tenais à vous remercier pour le plaisir que vous nous donnez, comme des secrets partagés.
    Bien cordialement. Helen

  2. Nicolas Lesaint


    Merci pour tous vos compliments qui me touchent beaucoup

  3. BEL Jean-Pierre


    Cette nature qui nous donne de si belles choses, on ne peut la blâmer de temps en temps de faire un peu sa fofolle!
    Mais bravo et bon courage à toute l’équipe qui sait nous apporter tant de plaisir à travers le nectar de Reignac.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :