Le blog

de REIGNAC

Shares

Les pieds par terre, les yeux en l’air…

6 septembre 2017 | Par Nicolas Lesaint

20170906_170028

Être dans l’attente, dans l’expectative d’un démarrage brutal suivi d’un grand coup de frein en se disant oui on a bien fait d’attendre le bon moment au lieu de tenter un compromis sur des maturités qui vont de toute évidence être hétérogènes pour ceux qui ont été concernés par le gel printanier. Alors on tourne, on regarde, on touche, on sent, on goûte, rien de très original pour un viticulteur en ce moment mais voilà on cherche à décrypter un message dont l’écriture a débuté au printemps puis d’un coup de “ctrl alt sup” météorologique s’est stoppé nous obligeant à attendre en ne touchant rien, ou si peu, pendant que le redémarrage du programme se faisait. Une forme de roman qui serait parti sur une mauvaise piste que finalement on recommencerait à zéro.

Il faut malgré tout avancer, prévoir, programmer les choses, la mise en place de la réception certes mais aussi les apports de compost et de fumier pour les parcelle plantées l’année prochaine et que l’on ne va pas tarder à défoncer pour que le gel hivernal fasse son office. Il y a aussi la taille à laquelle on pense déjà et dont on sait qu’elle va nous compliquer la tâche cet hiver, certainement 20 à 30% de temps de travail en plus alors il faudra davantage de tailleurs et certainement un sécateur de plus… Ça aussi on y pense.

20170904_151221

On voit aussi se dessiner la prise de décision pour les achats de barriques de l’année… Et là on sait que pour quatre années on part plutôt dans l’inconnu avec forcément un parc de barriques qui restera amputé en 2018 en fonction des volumes que l’on va rentrer en 2017, un renouvellement moins important pour un départ forcément identique à d’habitude… Et en 2019 alors? Et en 2020?… Une réflexion à tenir forcément sur le boisé à venir sur la typicité des vins que nous avons l’habitude d’imaginer et une adéquation à trouver entre ce que l’on veut faire et ce que l’on peut faire. Mais une fois de plus je ne me plains pas certains sont beaucoup moins bien lotis que nous. Mais voilà ce sont des choses sous marines, conséquences directes du gel, que les non initiés n’imaginent pas. Des postes qui ne sont pas créés, des personnes qui ne sont pas maintenues alors qu’on le souhaitait, tous… Voilà, des tragédies techniques et humaines à la fois.

Malgré cela tout est fait pour que ce qui sera vinifié le soit au meilleur de ce que l’on pourra faire et c’est certainement encore plus difficile d’avoir peu à mettre dans ses cuves lorsque l’on est forcé de constater que le millésime est beau et qu’il donnera de très belles choses à n’en pas douter. Après, une fois de plus, tout ne sera qu’affaire d’images, et d’envies de positiver ou pas ce qui sera réellement rentré.

21432785_885862631566115_8447632289074248832_n

Parce que rien ne changera, certains écriront, d’autres goûteront, ils interpréterons et traduiront ce qu’ils en auront ressenti en sachant pertinemment que de toute manière il faudra aller dans les détails d’un canevas infiniment complexe pour trouver des perles rares, des “petits” crus, ou des “Big foots” incroyables. Non, rien ne changera et ce ne sera pas non-plus notre voisin préféré qui me fera mentir une fois de plus en filmant notre enjambeur en train de faire une pulvérisation d’un engrais foliaire à base de potasse pour essayer de grignoter un retard de véraison sur des argiles qui ont gelées… Non rien, la vidéo aura certainement été mise sur les réseaux sociaux et aura fait l’occasion de commentaires très pertinents et de remarques salaces nous menaçant des pires châtiments puisque nous sommes les destructeurs de l’humanité, c’est filmé, c’est prouvé…

Une fois de plus vous avez une question? Vous êtes interpellés par quelque chose ? Pas de problème, redevenez humains, utilisez la fonction langage de votre cerveau et venez communiquer avec nous. Mais cela reste peut-être difficile pour le français trop fondamentalement latin et dont prompte à l’énervement et au bombage de torse… Quel décalage avec ce trop court voyage que je viens de faire en Irlande! Quelle leçon toute simple de savoir vivre et quel plaisir d’y avoir croisé tant de personnes que nous ne connaissions pas, qui nous souriaient, nous disaient bonjour, s’intéressaient à nous nous demandant comment nous allions avec le simple et naïf espoir, oui, d’avoir une réponse… Oui, cela existe encore, de l’empathie et des humains qui s’intéressent les uns aux autres… Pas en France, non pas en ce moment, quel incroyable choc que ce retour sur Bordeaux au premier contrôle d’étape de Mérignac…

Doucement les stratégies se mettent en place, certains ont démarré, bien souvent pour des plantes, un hectare par ici, 80 ares par là, cela sent le test grandeur nature à plein nez avant le grand boom.

La météo change encore une fois, de 50 mm dans le week-end nous passons à 20mm puis à 14 mm sur quatre jours alors qu’hier il n’y avait rien en semaine… Cela évoluera donc encore à n’en pas douter.

De deux choses l’une, soit il y aura un démarrage brutal mercredi ou jeudi prochain soit la bascule se fera la semaine d’après pour compenser cette plus ou moins grande humidité que nous allons recevoir…

Tout reste donc à écrire, tout reste à vivre…

Les pieds par terre et les yeux en l’air…

Nicolas.

Un commentaire ?

Vous avez aimé ce blog, vous aimerez sans doute ceux-là :


  • Contact
  • Boutique
  • Vidéos
  • Blog
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Youtube
  • Instagram
  • Tripadvisor